La Toupie  >  Dictionnaire  >  Pensée unique

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Pensée unique


"There is no alternative."
Margaret Thatcher


Définition de la pensée unique


Origine : Cette expression a été créée en 1993 par le philosophe Alain de Benoist, l'un des fondateurs de la "Nouvelle droite", dans un éditorial de la revue Eléments. Elle a ensuite été reprise et popularisée en 1995 par le journaliste Ignacio Ramonet, dans un éditorial du Monde diplomatique pour tourner en dérision le consensus en faveur de la monnaie unique européenne.


L'expression "pensée unique" est employée avec une connotation fortement péjorative pour dénoncer le conformisme d'idées considérées comme majoritaires et incontestables, auxquelles les gouvernants et les grands médias ne confronteraient plus d'idées opposées et sur lesquelles il faut nécessairement s'aligner.

Elle sert à dénoncer une forme de domination idéologique qui met en avant des choix économiques, des choix de société ou des choix de vie affichés comme étant des certitudes et les seuls légitimes, évitant ainsi de concevoir des alternatives. Ces certitudes sont souvent affirmées avec des arguments d'autorité, où l'on s'en remet à des experts et aux élites du pays, devant lesquels la liberté de choix et le volontarisme doivent s'incliner.

Exemples de systèmes de pensée, d'idéologies ou de doctrines visées par la "pensée unique" :
critiques faites à l'utilisation de l'expression "pensée unique"
Devenue slogan, outil de polémique et arme rhétorique, l'expression "pensée unique" permet de renverser la charge de la preuve, évitant d'avoir à développer une argumentation cohérente et à convaincre du caractère réaliste de ce que l'on propose. Lorsque chaque camp s'accusent mutuellement de pratiquer la "pensée unique", ce qui est fréquent, on a alors affaire à une pensée de groupe pour laquelle "la pensée unique, c'est les autres".
"Il n'y a de pensée que dans la clarté, dans celle des idées, comme dans celle des convictions. Il faut que celles-ci soient fortes pour qu'un véritable débat intellectuel puisse avoir lieu. Afficher comme seul credo, son mépris pour la "pensée unique" - vocable péjoratif par excellence - constitue un alibi commode pour éviter le débat d'idées."
Jean-Paul Fitoussi - "Capitalisme, socialisme et démocratie" - Revue de l'OFCE - avril 1997



Accueil     Dictionnaire     Haut de page