La Toupie  >  Si j'étais président : Propositions pour un monde plus équitable


 

  Atout pique  


 


Si j'étais président...

Propositions pour un monde plus équitable



Si j'étais président de la République (avec une large majorité à l'Assemblée nationale), monarque absolu de droit divin ou simple dictateur...

Cela commence comme une rubrique radiophonique... sauf que je n'ai aucune envie d'être l'un de ces personnages. Je me contenterai simplement de rassembler sur cette page quelques propositions de "réformes" ou de "révolutions", selon l'optique dans laquelle on se place, qui transparaissent dans certains des textes publiés sur toupie.org.

Sans souci d'exhaustivité, voici quelques suggestions pour rendre la société plus équitable, en essayant de trouver une troisième voie entre le capitalisme sauvage qui écrase les plus faibles et l'égalitarisme qui décourage le développement individuel.


Pour la fin de l'accumulation du capital

  • Plafonnement de l'héritage. Equitable et redistributive, cette mesure permettrait de "remettre les compteurs à zéro" (ou presque) à chaque génération, en dégageant des ressources pour mettre en oeuvre une véritable politique d'égalité des chances. La progressivité des droits de succession et un plafond judicieusement choisi permettraient de ne pénaliser que la frange la plus riche de la population.
    Voir : Le plafonnement de l'héritage.

Etablir un commerce éthique et équitable entre les peuples

  • Redonner du sens et de l'équité aux échanges commerciaux. Favoriser la démocratie, la défense des Droits de l'Homme, les relations entre les peuples et mettre fin au "dumping social" qui est en train de dissoudre près de deux siècles d'acquis sociaux.
    Voir : Echanges commerciaux.

Pour une fiscalité plus équitable

  • Augmentation sensible des impôts progressifs pour favoriser l'emploi et le logement et pour baisser d'autres impôts injustes, comme la TVA, qui pèsent davantage sur les faibles revenus.
    Voir : Augmenter les impôts progressifs.
    Voir : Réduire les inégalités en bridant l'accumulation du capital par l'impôt sur le revenu et l'ISF.

  • La fiscalité, levier pour la justice sociale. Pour l'impôt sur le revenu, la TVA, les charges patronales, mettre en place différents taux ou coefficients selon la contribution à la satisfaction des besoins essentiels de l'individu et des priorités sociales.
    Voir : La fiscalité comme levier....

  • Instauration d'une taxe sur les transactions financières (Taxe Tobin)

  • Réforme fiscale et partage du travail pour sauver le régime des retraites

Pour le partage du travail

  • Travailler moins pour que tout le monde puisse travailler. Doit-on, comme c'est en général le cas, vivre dans une société où certains travaillent beaucoup et d'autres pas ou très peu, dans la logique inégalitaire du "travailler plus pour gagner plus" qui est un contre sens historique. Les hommes politiques devraient s'emparer sérieusement de cette question et proposer un nouveau contrat social basé sur le droit fondamental au travail pour tous.
    Voir l'article : Partager le travail devenu une ressource rare.
    Voir des propositions pour une meilleure répartition du temps de travail.

Pour davantage de démocratie


Pour une Europe fédérale

  • Faire de l'Europe un projet de société. A l'heure où le national-populisme prône le repli sur soi et où la question de la construction européenne n'est pas une priorité dans le débat politique, offrons à nos enfants et petits-enfants un projet d'avenir plus enthousiasmant que le "repli sur soi" mortifère des europhobes.
    Voir : Pour une Europe forte et fédérale. Ne pas confondre le contenant et le contenu.

Pour des citoyens responsables

  • Libérer la pensée. L'asservissement de la pensée a toujours existé, mais l'essor des nouveaux modes de communication instantanés et de masse (télévision, Internet, réseaux sociaux, etc.) lui donne une force et une ampleur inégalées, ainsi qu'une capacité à se propager très rapidement. Apprenons à identifier, comprendre toutes les formes d'asservissement de la pensée et à nous en libérer.
    Voir le dossier : La Poutique de la pensée : L'asservissement de la pensée n'est pas une fatalité

  • Responsabiliser les citoyens, en faisant en mettant sur le même pied les droits et les devoirs du citoyen.
    Voir : Les devoirs du citoyen : Une contrepartie indispensable aux droits du citoyen.

  • Passer de la surinformation à l'information maîtrisée.
    Voir : Lutter contre la surinformation : De l'indigestion à l'information maîtrisée.
    Voir : Diète médiatique : Moins d'informations, moins de stress, plus belle la vie.

Pour une plus grande solidarité

  • Pour une fiscalité plus solidaire.
    Voir plus haut

  • Pour une solidarité entre les morts et les vivants. Outre la question de l'héritage et des droits d'auteur qui sont à réformer, il faut rendre possible le prélèvement de tous les organes sur une personne décédée, quel que soit l'avis du défunt et de sa famille, selon le principe que le corps du défunt appartient à l'ensemble de la société. Ainsi, seul le corps médical et / ou scientifique serait à même de décider des prélèvements d'organe pour soigner des personnes en attente de greffe ou dans l'intérêt de la collectivité.
    Voir : Ne laissons plus les morts dicter leur loi : Héritage, droits d'auteur, prélèvements d'organes, enterrement.

Pour des médias indépendants

  • Une aide publique aux organes médiatiques indépendants, c'est-à-dire sans aucune dépendance financière politique ou religieuse.
    Voir : Pour des médias indépendants.



Pierre Tourev, initialisé en 05/08/2006, dernière mise à jour le 18/08/2017,




Accueil     Textes     Haut de page