La Toupie  >  Textes  >  Citoyen et consommateur

Citoyen et consommateur

Reprendre le pouvoir par la consommaction


"Les consommateurs détiennent un pouvoir dont ils usent trop peu."
Jacques Rigaudiat - Le nouvel ordre prolétaire, 2007


Les électeurs se détournent de plus en plus des urnes et ne voient pas comment la politique et les hommes qui l'incarnent pourraient résoudre les problèmes de la société et accessoirement les leurs. Ils ont le sentiment de ne plus être représentés, notamment à cause du scrutin présidentiel et du scrutin majoritaire à deux tours. (Cf. l'article : Pour une légitimité démocratique)

Le citoyen ne sort sa carte d'électeur qu'épisodiquement. Mais il doit savoir qu'il dispose d'un pouvoir important et très insuffisamment exploité, celui d'être un acteur de la consommation, un consommacteur, un moyen efficace pour compenser le pouvoir qu'il n'a pas en tant qu'électeur. Un pouvoir qu'il peut exercer tous les jours.

Le pouvoir par la consommaction a déjà été évoqué dans différents articles. Cette page tente de recenser les principales formes que peuvent prendre ces actions de consommation au quotidien.

La grève générale de la consommation

Le but de la "grève générale de la consommation" est de faire pression sur le gouvernement en provoquant une baisse des recettes fiscales et de la TVA collectée en particulier, pour l'obliger à adopter un certain nombre de mesures revendiquées avec détermination par les grévistes de la consommation.
Article : Grève générale de la consommation. Une nouvelle forme d'action ?
Forum : Grève générale de la consommation

Le boycott

Le boycott est une forme de grève de la consommation ciblée. Il vise à infliger un dommage financier ou moral à un individu, à une entreprise ou à un pays, en refusant d'acheter ses marchandises, d'entretenir des relations (sociales, culturelles, économiques) ou de participer à un évènement public. Il a pour but d'exercer des représailles ou de faire pression sur la cible pour qu'elle réponde à une demande précise.
La démarche de boycott est en général collective, plus ou moins organisée. Mais elle peut être individuelle si le consommateur veut être cohérent dans ses achats avec ses idées de citoyen. Exemple : refuser de voyager dans tel pays parce que c'est une dictature.
Article : Le boycott comme arme politique

La réduction volontaire de consommation

L'objectif est de changer de mode de vie et de tourner le dos à la société de consommation, souvent après une prise de conscience individuelle. On ne veut plus être aliéné par la course au "toujours plus" à laquelle le capitalisme nous incite en faisant comme si la planète est sans limites. Le consommacteur ne veut plus être complice d'un système nocif pour l'environnement et hautement inégalitaire. La réduction volontaire de consommation peut prendre diverses formes selon la situation personnelle de chacun :
  • produire soi-même le maximum de choses (potager, conserves, etc.),
  • acheter d'occasion chaque fois que cela est possible,
  • privilégier la réparation au remplacement,
  • ne pas suivre la mode vestimentaire,
  • manger moins de viande animale,
  • se déplacer autant que faire se peut avec les transports en commun, à pied ou à bicyclette.
  • etc.
Définition : Simplicité volontaire
Définition : Décroissance
Forum : La décroissance

Le locavorisme

Le mouvement locavore ou locavorisme prône la consommation d'aliments produits à une courte distance de son domicile (100 à 250 km). Il se traduit par une incitation à :
  • acheter de la nourriture aux producteurs locaux (marchés paysans, AMAP, épiceries locavores, maisons de producteurs, points de distribution, etc.),
  • privilégier la consommation de produits frais et de saison,
  • limiter le gaspillage alimentaire.
C'est une contribution individuelle et directe à la réduction de la consommation des énergies fossiles et au développement de l'économie locale, entre autres choses.

L'exigence dans le choix des produits ou des marques

Le pouvoir d'acheter est utilisé pour défendre les idées auxquelles on croit (morale, environnement, solidarité,...) tout en se dégageant de l'emprise de la publicité.
Exemples :
  • Privilégier les marques qui respectent une certaine éthique.
    Exemples : pas de travail d'enfants, rémunération équitable des producteurs, respect de l'environnement, contribution à la réduction des gaz à effet de serre.
  • Acheter des produits issus de l'agriculture biologique.
  • Eviter les produits sur-emballés, privilégier les achats en vrac.
  • Favoriser le commerce de proximité (Cf. Localisme).
  • Etre vigilant sur la composition des produits et leur nocivité potentielle.
Pour être éclairé dans ses actions, le consommacteur peut se tenir informé auprès d'associations de consommateurs telles que " UFC-Que Choisir", "Conseil national des associations familiales laïques", "Union nationale des associations familiales" ou de magazines tels que "60 millions de consommateurs".

Etre un citoyen consommacteur se mérite

Reprendre le pouvoir par la consommaction demande quelques efforts :
  • s'informer davantage avant d'acheter ou d'agir,
  • payer parfois un peu plus cher,
  • avoir quelques contraintes supplémentaires (temps, déplacement),
  • ne pas acheter exactement le produit que l'on souhaitait initialement,
  • apprendre à se passer d'un produit dont on a envie,
  • gérer quelques frustrations,
  • changer ses habitudes,
  • etc.
Mais cela en vaut la peine, à la fois sur le plan collectif, les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, et sur le plan personnel avec la satisfaction d'être en phase avec ses convictions de citoyen.


Pierre Tourev, 24/01/2018



Accueil     Textes     Haut de page