La Toupie  >  Dictionnaire  >  Préjugé

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Préjugé


"Les préjugés sont la raison des sots."
Voltaire - Poème sur la Loi Naturelle


Définition de préjugé


Etymologie : participe passé du verbe préjuger, composé du préfixe pré-, avant, et du verbe juger issu du latin judicare, rendre un jugement, juger.

Dans le droit ancien, le préjugé désigne ce qui a été jugé auparavant dans une affaire similaire.

De nos jours, un préjugé est un jugement préconçu, en l'absence d'informations suffisantes, sur quelqu'un ou sur quelque chose, qu'il soit favorable ou défavorable. C'est une appréciation, une opinion adoptée sans examen, sans démonstration, que l'on se fait par avance, en fonction, des apparences, de critères personnels ou des dispositions que l'on a à l'égard de cette personne ou de cette chose. Le terme préjugé est souvent employé avec une connotation péjorative, notamment au pluriel pour mettre en relief une opinion hâtive et préconçue.

Synonymes : a priori, cliché, idée préconçue, idée reçue, idée toute faite, oeillère, parti-pris, présomption, présumé, stéréotype, supposition.

Exemples : préjugés racistes, préjugés sexistes, préjugés religieux, préjugés de caste (bourgeois, aristocratique, corporatiste,.), etc.

Les préjugés résultent souvent d'un conditionnement et d'une pression imposée par le milieu, la culture, l'éducation reçue, ainsi que par la pratique d'une généralisation trop rapide. Il est difficile de les réduire à cause du souci de cohérence propre à chaque individu, du conformisme social, de la paresse intellectuelle, voire de la rigidité mentale.

Les préjugés envers certains groupes apportent systématiquement une distorsion du jugement lors d'une attribution causale (façon d'attribuer, d'expliquer et de juger la responsabilité d'une situation, à soi-même ou aux autres). Certains biais cognitifs contribuent au développement ou au renforcement des préjugés, entretenant ainsi un cercle vicieux :
Les préjugés collectifs
    "Un préjugé collectif nait généralement d'un impératif de cohésion sociale ou de survie, tel qu'il est perçu dans un contexte historique particulier. Il se transmet ensuite par apprentissage et tend à se fondre dans l'arrière-plan culturel du groupe, de sorte qu'il devient difficile de s'en affranchir, même lorsque son existence n'a plus aucun rapport avec la situation. L'accumulation des préjugés, élément essentiel de la culture d'une société, a donc aussi pour effet de diminuer les facultés d'adaptation au changement. C'est un facteur de rigidité et de vieillissement des sociétés." (Wikipédia)



Accueil     Dictionnaire     Haut de page