La Toupie  >  Dictionnaire  >  Concession, Raisonnement concessif

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Concession

Raisonnement concessif


"En diplomatie, l'ultimatum est la dernière exigence avant les concessions."
Ambrose Gwinett Bierce - Le Dictionnaire du Diable, 1906


Définition de concession et raisonnement concessif


Etymologie : du latin concessio, action de céder à, action de se retirer devant quelqu'un, action d'accorder, concession, attribution, consentement, permission.

Une concession est :
  • l'octroi, l'attribution d'un bien, d'un droit ou d'un privilège fait par un pouvoir régulier à quelqu'un de rang inférieur au titre de grâce ou de faveur ou à des particuliers moyennant certaines charges et obligations.
    Synonymes : octroi, autorisation, habilitation, permission.
    En particulier :
    • Terres données par un Etat à un colon afin de les mettre en valeur.
    • Place accordée dans un cimetière. Exemple : Concession à perpétuité.
    • Acte par lequel un pouvoir public confère à une entreprise des droits et avantages particuliers sur le domaine public, en contrepartie de charges et obligations (gestion d'un service public, réalisation et exploitation d'un ouvrage public, etc).
      Exemples : concession d'autoroute, concession minière, concession de service public.

  • par métonymie, le terrain, l'exploitation ou le bien qui fait l'objet de la concession.
    Exemple : être enterré dans la concession familiale.

  • par analogie, un accord entre un fabricant ou le titulaire d'un droit (brevet d'invention, droit d'auteur, etc.) et une entreprise ou un détaillant qui accorde à ce dernier, sous certaines conditions un droit exclusif.
    Exemples : concession de droit de publication, concession automobile.
    Synonymes : agrément, autorisation, licence.

  • au sens figuré, action de renoncer à une opinion, à une prétention ou à un droit à l'occasion d'une discussion, d'un débat, d'une négociation.
    Exemple : faire des concessions mutuelles pour trouver un accord.
    Synonymes : compromis, consentement, acquiescement.

  • une figure de rhétorique qui consiste à accepter un argument ou une objection de son adversaire afin d'en tirer par la suite un avantage plus important.

L'adjectif concessible qualifie ce qui peut être concédé, accordé, faire l'objet d'une concession.

Le concessionnaire est celui qui a obtenu une concession d'exploitation de terrain, de service public, de travaux publics à exécuter et par extension, de commercialisation des produits d'un fabricant.
Exemple : un concessionnaire automobile.

Le concédant est celui qui accorde la concession.

Raisonnement concessif

Dans une argumentation, le raisonnement concessif consiste, dans un premier temps, à feindre d'admettre la validité d'une partie des arguments ou des idées de la thèse adverse, pour pouvoir mieux les réfuter par la suite en leur opposant d'autres arguments. Cela permet de revenir à la thèse initiale et de maintenir son point de vue. Cela permet de ne pas montrer trop explicitement à son interlocuteur qu'il se trompe et l'amener à appréhender la question selon un autre point de vue.
Exemple : Certes, je concède que vous avez raison sur ce point, mais...



Accueil     Dictionnaire     Haut de page