La Toupie  >  Dictionnaire  >  Raisonnement > Typologie des raisonnements

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique

Complément

Typologie des raisonnements



Comme toutes les typologies ou catégorisations, elles ont un caractère réducteur et nécessairement arbitraire. Voici cependant les catégories de raisonnement les plus communément rencontrées.


Raisonnements rigoureux / non rigoureux

Raisonnements rigoureux

Un raisonnement est dit rigoureux s'il fait exclusivement usage de règles syntaxiques et d'inférences et si, à partir de prémisses vraies, on ne peut obtenir de conclusions fausses.
Essentiellement basé sur la déduction, il utilise un langage plus ou moins formel pouvant aller jusqu'au langage naturel pour faciliter leur compréhension par un plus large public qui doit pouvoir en comprendre et admettre chacune des étapes.
Exemples : les raisonnements mathématiques, les syllogismes.

Raisonnements non rigoureux

Un raisonnement non rigoureux, même s'il peut présenter un certain formalisme et suivre des règles d'inférence et logiques établies, ne peut aboutir à une affirmation vraie, à une certitude, mais conduit à une hypothèse, une conjecture, une présomption.
Dans le cas d'un raisonnement inductif, la conclusion peut être utilisée comme point de départ d'un nouveau raisonnement pour tenter de le conforter ou de le réfuter.
Exemples d'utilisation : sciences physiques, diagnostics médicaux, enquêtes policières, etc.
Dans le cas d'une argumentation, ils visent à convaincre les interlocuteurs.


Raisonnements scientifiques

Le raisonnement scientifique se distingue essentiellement par son caractère :
  • objectif (ne fait pas intervenir de préférences personnelles, est conforme à la réalité, décrit les faits avec exactitude),
  • rationnel (repose sur des méthodes formalisées, se base sur les principes et les lois scientifiques),
  • systématique (organisé et hiérarchisé),
  • factuel,
  • analytique (décompose et recompose les objets ou phénomènes étudiés),
  • méthodique,
  • précis (évite le flou et les imprécisions),
  • vérifiable (par l'observation et l'expérimentation),
  • prédictif (prévoit par raisonnement et conjecture ce qui doit arriver),
  • ouvert (évolue en permanence, peut être remis en question)
Cf. définition de la science


Raisonnements a priori / a posteriori

Raisonnements a priori ou analytiques

Le raisonnement a priori précède l'expérience. Il s'appuie sur les principes de la raison et une analyse abstraite. Il a souvent recours à des règles logiques pour établir une preuve.
On va de la cause à l'effet, de la nature d'une chose à ses effets.

Raisonnements a posteriori

Le raisonnement a posteriori est bâti sur des données empiriques, sur des faits, rassemblés par observation ou expérimentation. Il cherche à remonter des effets à la cause, des propriétés d'une chose à sa nature.

Raisonnements hypothétiques

Ils aboutissent à des hypothèses et à non à des vérités.

Raisonnements théoriques / pratiques

Raisonnement théorique

Le raisonnement théorique se présente comme une inférence qui aboutit à une conclusion à partir d'une ou de plusieurs prémisses de manière impersonnelle. Il conduit à une logique de démonstration totalement formelle.

Raisonnement pratique

Le raisonnement pratique est un raisonnement qui permet de justifier une décision ou de porter un jugement sur ce qui doit être fait. Il est conditionné par une certaine liberté de la part de celui qui effectue le raisonnement et nécessite le recours aux techniques d'argumentation.



Raisonnements faux




Accueil     Dictionnaire     Haut de page