La Toupie  >  Dictionnaire  >  Libre examen

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Libre examen


"La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être."
Henri Poincarré - 1854-1912 - Fêtes du 75e anniversaire de l'ULB, 21 novembre 1909


Définition du libre examen


Le libre examen est un principe philosophique qui prône la liberté de jugement. Il n'accepte comme vérité que ce que la raison ou l'expérience permet d'admettre.

Le libre examen rejette l'argument d'autorité, notamment en manière de foi, au profit d'un examen des dogmes traditionnels et des opinions communément admises avec sa propre raison. Une question ou un objet est considéré attentivement et avec réflexion sans en connaître préalablement la vérité, et même en s'efforçant de l'oublier si elle a déjà été enseignée. Cela revient à ne croire que ce que la raison peut contrôler.

Le libre examen est une valeur laïque qui affirme le droit de l'absolue liberté de conscience, mais aussi le devoir de ne reconnaître aucun dogme et de développer son propre esprit critique pour remettre en question tout jugement préalable, tout préjugé, toute idée reçue, tout dogme, voire toute croyance.

Il permet de remettre en cause de nombreux conditionnements plus ou mois insidieux pouvant être rencontrés au cours de la vie : éducation familiale, école confessionnelle ou non, publicité, moyens de communication, discours politique...

Le libre examen est l'un des principes fondateurs de l'Université libre de Bruxelles, créée en 1834. Il est formulé ainsi dans l'article 1 de ses statuts :
    "L'université libre de Bruxelles fonde l'enseignement et la recherche sur le principe du libre examen. Celui-ci postule, en toute matière, le rejet de l'argument d'autorité et l'indépendance de jugement."



Accueil     Dictionnaire     Haut de page