La Toupie  >  Dictionnaire  >  Allocation universelle

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Allocation universelle

Revenu universel



Définition de l'allocation universelle


On appelle allocation universelle le versement à tous les citoyens d'un pays, indépendamment de leur revenu, de leur patrimoine et de leur statut professionnel, d'un revenu unique permettant à chacun d'eux de satisfaire ses besoins primaires (nourriture, logement, habillement, biens culturels de base). Si son niveau est suffisamment élevé, l'allocation universelle peut les laisser libres de conduire leur vie comme ils le souhaitent, en particulier de ne pas travailler.

L'objectif de l'allocation universelle est d'être un moyen efficace pour sortir de l'assistanat. Elle prend en compte le fait qu'il n'y a plus assez de travail pour tous et qu'en conséquence, il y a nécessairement des laissés-pour-compte. En permettant à ceux qui le souhaitent de vivre sans travailler, l'allocation universelle supprime pour les employeurs l'effet d'aubaine que constitue une main d'oeuvre peu coûteuse et facilement exploitable.

Pour son financement, il est généralement proposé de fusionner tous les minima sociaux et d'y intégrer une grande partie des prestations familiales et éventuellement des allocations chômage et logement.

Autres dénominations possibles de l'allocation universelle :
  • allocation de base,
  • revenu social garanti,
  • revenu universel,
  • revenu minimum d'existence,
  • revenu de base,
  • revenu citoyen,
  • revenu de citoyenneté,
  • prime d'Etat,
  • dividende universel,
  • dividende social.

Caractéristiques de l'allocation universelle :
  • elle est versée à tous, indépendamment des revenus (comme elle doit être financée, les riches contribueront plus à son financement que l'allocation qui leur sera versée),
  • elle est allouée à l'individu et non au ménage,
  • elle est inaliénable,
  • elle est versée en espèces, sans restriction d'usage et non en nature, comme le seraient par exemple des parcelles de terre ou des coupons d'alimentation,
  • elle n'est pas conditionnée en termes de travail (par exemple par la recherche d'un emploi),
  • elle est cumulable avec tous les revenus individuels.

Pour ses partisans, elle a un caractère non stigmatisant dans la mesure où elle est versée à tous les citoyens et où il n'y a pas d'effet de seuil. Elle est, en outre, considérée comme un moyen décisif pour résorber les fléaux sociaux comme le chômage ou la pauvreté.
André Gorz (1923-2007), philosophe et journaliste français, prône un "revenu inconditionnel suffisant" pour éviter les effets pervers d'un revenu trop faible qui ne serait de fait qu'une subvention déguisée aux entreprises, leur permettant d'embaucher à un faible coût puisqu'une partie de la rémunération des salariés est déjà assurée par l'Etat. Les salariés n'ont alors d'autre choix que de se plier aux exigences des employeurs. Le niveau "suffisant" de l'allocation universelle doit garantir un niveau de vie décent permettant à ses bénéficiaires de subvenir à leurs besoins tout en se passant d'emploi.
Pour ses détracteurs, l'allocation universelle est une proposition insensée sur le plan économique et contestable sur le plan éthique. Ils mettent en avant le risque d'affaiblissement du système de protection sociale actuellement en place, une allocation forfaitaire et universelle ne pouvant, par définition, s'adapter aux situations particulières.

Formulé sous différents noms et sans succès à diverses reprises depuis deux siècles, le concept d'allocation universelle fait l'objet depuis une vingtaine d'années de nombreux débats publics à travers l'Union européenne.

L'allocation universelle existe ou est en cours de réflexion dans différents pays et sous différentes formes plus ou moins partielles. Exemples :
  • redistribution des ressources naturelles en Alaska depuis 1976,
  • revenu parental d'éducation pendant un an en Suède,
  • congé "formation" d'un an, sans contenu pré-déterminé, au Danemark.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page