La Toupie  >  Dictionnaire  >  Plébiscite

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Plébiscite



Définition du plébiscite


Etymologie : du latin plebs, la "plèbe", le peuple et scitum, décision : la décision du peuple.

Dans l'Antiquité romaine, le plébiscite était une décision prise, sur proposition d'un tribun, par la plèbe dans les concilia plebis (assemblée de la plèbe). Il eut force de loi en 287-286 avant JC.

Le plébiscite est une consultation populaire par laquelle le pouvoir exécutif demande aux électeurs de répondre par oui ou par non à un texte proposé dans le but :
  • de ratifier une décision ou un programme,
  • de recueillir la confiance du peuple,
  • de légaliser un coup d'Etat,
  • de décider du rattachement d'un territoire à un Etat.
Consistant, à partir de la question posée, à approuver ou non la politique d'une personne, la notion de plébiscite recouvre celle du référendum. Il se rencontre souvent dans les régimes autoritaires (Cf. Napoléon III et le bonapartisme) qui transforment la consultation démocratique en un simple rituel électoral à l'aide d'une propagande qui parvient à imposer un seul choix au peuple en le laissant ignorant des véritables enjeux.

Par extension, le plébiscite désigne une élection, une ratification ou une approbation à une forte majorité.

En France, le plébiscite a été introduit pendant la Révolution. Il s'appuyait sur les idées de Jean-Jacques Rousseau qui voyait dans la consultation fréquente du peuple un moyen de corriger les effets du système représentatif.

Principaux plébiscites en France :
  • 1851 : confirmation de Napoléon III au pouvoir après le coup d'Etat du 2 décembre 1851.
  • 1860 : rattachement de Nice et de la Savoie à la France.
  • 1870 : approbation des réformes libérales de Napoléon III.
  • 1935 : rattachement de la Sarre à l'Allemagne.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page