La Toupie  >  Dictionnaire  >  Parlementarisme absolu

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Parlementarisme absolu



Définition de parlementarisme absolu


On appelle "parlementarisme absolu" une forme de régime parlementaire où l'équilibre des pouvoirs (Cf. séparation souple) est supprimé au profit du Parlement qui joue un rôle primordial par rapport aux autres pouvoirs. L'adjectif "absolu" est employé par analogie avec la monarchie absolue où le pouvoir était concentré entre les mains du Roi.

Raymond Carré de Malberg (1861-1935), juriste et constitutionnaliste français, a utilisé le premier l'expression "parlementarisme absolu" pour spécifier "un régime dans lequel le Parlement, devenu maître sur toute la ligne, domine complètement l'exécutif". Le pouvoir législatif établit les règles que les pouvoirs exécutif et judiciaire sont chargés d'appliquer.

En France, c'est sous la IIIème République (1879-1940) que le parlementarisme absolu ou "régime parlementaire à la française" s'est développé, à partir de décembre 1877, après la soumission du président de la République, Mac Mahon. Il résulte d'une position de force de la loi et de son prestige, depuis 1789, qui en fait la norme supérieure et incontestable, donnant ainsi la primauté à celui qui l'établit, le Parlement.

L'instabilité ministérielle, entretenue par un multipartisme sans majorité explicite, est la principale caractéristique du parlementarisme absolu. L'exécutif, avec un président de la République effacé, ne dispose pas du pouvoir de dissolution du Parlement, tandis que les députés peuvent renverser le Gouvernement sans devoir retourner devant leurs électeurs.

La IVème République (1946-1958), que l'on peut aussi qualifier de parlementarisme absolu, était également caractérisée par une forte instabilité gouvernementale en raison d'une Assemblée nationale qui ne disposait pas d'une majorité claire.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page