La Toupie  >  Dictionnaire  >  Sécularisation, sécularisme

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Sécularisation, sécularisme



Définition de sécularisation, sécularisme


Etymologie : de séculaire, venant du latin saecularis, séculier, profane, dérivé de saeculum, siècle, moeurs du siècle, vie mondaine, monde.

L'adjectif "séculier" qualifie :
  • ce qui appartient au siècle, c'est-à-dire au monde laïc et non à l'Eglise.

  • des ecclésiastiques qui ne sont pas soumis à la règle au sein d'un ordre religieux (par opposition aux réguliers).
La sécularisation est l'action, ainsi que le résultat de cette action, de séculariser, c'est-à-dire de faire passer un bien ou une personne d'un état régulier à un état séculier. La sécularisation est aussi l'action de faire passer du domaine ecclésiastique au domaine laïc.
Exemples : La sécularisation des biens du clergé par l'Assemblée constituante de 1789, le retour d'un membre du clergé à la vie laïque.

Sécularisme

Le sécularisme est la tendance séculière que peut prendre un mouvement religieux.

En matière de politique, le sécularisme est le principe selon lequel les religions ne doivent pas avoir de pouvoirs politiques ni influencer le gouvernement d'un pays et que réciproquement le pouvoir politique ne doit pas intervenir dans les affaires propres aux différentes religions.
Il défend la séparation des Eglises et de l'Etat.

Le sécularisme apparaît comme une tendance à transférer la plupart des valeurs sociales du domaine du sacré à celui du profane. Il conduit à la désacralisation d’un large domaine d'activités dont celle de l'organisation sociale, qui devient un produit de l'histoire et des politiques humaines et qui peut donc être soumise à la critique rationnelle et à la transformation volontaire.

La sécularisation est un phénomène de civilisation qui implique une nouvelle organisation de l'espace public en accord avec les valeurs de l'émancipation politique et de la liberté de conscience.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page