La Toupie  >  Dictionnaire  >  Plan Marshall

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Plan Marshall



Définition de Plan Marshall


Le Plan Marshall ou European Recovery Program (ERP) est le plan élaboré en 1947 et adopté par une loi en avril 1948 par les Etats-Unis pour aider la reconstruction de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale.

Après la capitulation allemande, jusqu'en 1947, la politique des alliés de réduction des capacités de production de l'industrie allemande empêchait le redémarrage de l'économie en Europe, ce qui conduisit le Président Harry Truman à modifier la politique américaine et à retenir le plan proposée par le secrétaire d'Etat américain, le général George C. Marshall (1880-1959) dont il tire son nom. L'option de faire payer les réparations de guerre par l'Allemagne fut écartée à cause des conséquences désastreuses d'un tel choix après la Première Guerre mondiale (hyperinflation, entrave de la reprise économique, prise du pouvoir par des régimes autoritaires).

Le Plan Marshall fut refusé pour le bloc des pays de l'Est par Staline qui le considérait comme une menace. Sa mise en oeuvre s'étala sur quatre années de 1948 à 1951. L'objectif était de relever le plus rapidement possible le niveau de vie des pays européens afin d'écarter la menace d'un vote en faveur des partis communistes, notamment en France et en Italie.

Montant et répartition de l'aide :
13,3 milliards de dollars, dont 11,8 de dons et 1,5 de prêts.
Principaux bénéficiaires : Grande Bretagne : 24%, France : 20%, Italie : 11%, Allemagne de l'Ouest : 10%, Pays Bas : 8%, Grèce : 5%, Autriche : 5%, Belgique et Luxembourg : 4%, etc.

Mise en oeuvre :
La répartition de l'aide est effectuée par l'Organisation européenne de coopération économique (OECE), créée à cet effet, devenue aujourd'hui l'OCDE.
Un crédit attribué par les Etats-Unis à un Etat européen "servait à payer des importations en provenance des États-Unis. L'État européen bénéficiaire encaissait, en monnaie locale, le produit des ventes de ces importations sur son marché national, ainsi que les droits de douanes afférents. Parallèlement cet Etat devait octroyer à des agents économiques nationaux (entreprises ou administrations) des crédits destinés à des investissements d'un montant deux fois supérieurs au crédit qu'il avait lui-même reçu. L'État bénéficiaire devait en outre faire la preuve qu'il autofinançait sa part, sans recourir à la création monétaire. Par ce montage, les États-Unis encourageaient un effort significatif d'équipement et d'épargne en Europe." (Wikipédia)

Contreparties à l'aide apportée :
Les Etats-Unis exigèrent que :
  • Les pays européens répartissent eux-mêmes les dépenses de reconstruction au moyen de l'OECE,
  • L'argent accordé serve à acheter des produits américains,
  • Les dettes contractées par le pays recevant l'aide soient émises en or ou son équivalent en dollars,
  • Les bases du capitalisme libéral soient restaurées.

Apports du plan Marshall :
  • Reconstruction européenne relativement rapide.
  • Forte croissance du PNB des pays d'Europe de l'Ouest : +32% de 1948 à 1951.
  • Contribution à la coopération européenne via l'OECE.

critiques faites au Plan Marshall
  • L'aide américaine pouvait ralentir la transformation d'une économie planifiée vers une économie de marché dans les pays européens ;
  • La reconstruction des pays développés était plus facile (infrastructure existante significative, main d'oeuvre qualifiée) que le développement des pays du tiers-monde ;
  • Le caractère impérialiste du Plan Marshall visant à "satelliser" les pays d'Europe de l'Ouest, à les mettre sous tutelle économique et culturelle ;
  • La croissance dans de nombreux pays européens était déjà revenue avant l'arrivée massive de l'aide américaine.

Par extension, on utilise l'expression Plan Marshall pour qualifier un plan de grande ampleur pour faire face à une situation d'urgence économique et humanitaire.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page