La Toupie  >  Eviter les pièges de la pensée > Désir de consensus

Eviter les pièges de la pensée : Les biais cognitifs


Désir de consensus




Le désir de consensus est l'attitude qui pousse les membres d'un groupe à aller dans le sens des décisions prises par le groupe. Il s'agit d'un biais lié aux comportements sociaux qui est encouragé par l'instinct grégaire, l'esprit de "moutons" ou le conformisme. Pour le positiver, les membres du groupe le qualifient parfois d'esprit de synthèse. Il peut avoir une influence décisive et négative lors de prise de décision.

Exemples :
  • choisir le film que l'on va voir en fonction de la longueur de la queue. "Si autant de monde va le voir, c'est que ce doit être un bon film."
  • entre un restaurant vide et un restaurant à moitié rempli que, ni l'un ni l'autre, nous ne connaissons, opter pour le second en supposant qu'il a meilleure réputation.

Ce biais s'explique par la tendance qu'ont les individus à perdre leurs références et leur système de valeurs lorsqu'ils sont dans un groupe. Ils se laissent plus facilement entraîner à agir comme les autres, à commettre des actes ou des excès qu'ils n'auraient jamais commis s'ils avaient été seuls.

Dans le travail en équipe, en entreprise, chacun se sent obligé d'être d'accord avec les autres membres. Le désir de consensus conduit à remettre en question sa propre opinion si elle ne va pas dans le même sens que celle des autres, pour finalement s'accommoder de l'opinion majoritaire et accompagner l'équipe dans ses décisions. Cette "pression de la majorité" peut, bien évidemment, conduire à des erreurs.

Le désir de consensus se rencontre également dans la vie quotidienne où chacun peut penser qu'une activité décidée d'un commun accord par le groupe était désirée par chacun de ses membres, alors que personne ne le souhaitait réellement, ne voulant pas rompre la belle harmonie du groupe.

Conséquences du désir de consensus :
  • l'analyse incomplète des objectifs du groupe,
  • la recherche insuffisante d'informations appropriées auprès d'experts,
  • le traitement sélectif de l'information (oubli ou rejet de ce qui va dans le sens contraire de l'opinion du groupe)
  • l'absence de recherche d'alternatives,
  • l'évaluation incomplète des risques,

Conséquences de l'effet de la pensée de groupe :
  • l'autocensure des doutes ou des avis différents,
  • l'illusion de l'unanimité,
  • la sensation d'invulnérabilité,
  • la croyance en une moralité propre au groupe,
  • la pression directe sur ceux qui ont un avis divergent,
  • la vision stéréotypée et négative des autres groupes.

"Quand tout le monde est d'accord, c'est suspect."



Accueil     Les pièges de la pensée     Haut de page