La Toupie  >  Textes  >  Les devoirs du citoyen

Les devoirs du citoyen

Une contrepartie indispensable aux droits du citoyen



Les droits de l'Homme ou les droits du citoyen sont largement mis en avant. Ils ont fait l'objet de discussions, de reconnaissance solennelle et officielle, dans la constitution d'un pays donné ou au niveau international.

Mais qu'en est-il des devoirs qui sont la contrepartie aux droits que la société nous accorde ou plus exactement que nous nous accordons à nous-mêmes ? Ils sont souvent brandis comme indispensables pour ceux qui cherchent refuge dans un pays ou qui voudraient s'y intégrer, mais font très peu débats pour les ressortissants de ce pays.
On doit constater que ces devoirs sont rarement énumérés dans les Chartes ou Traités internationaux, les Déclarations des Droits de l'Homme, les Préambules de Constitution, etc. Par exemple, la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne ne fait que les mentionner dans son préambule sans les détailler.
"La jouissance de ces droits entraîne des responsabilités et des devoirs tant à l'égard d'autrui qu'à l'égard de la communauté humaine et des générations futures."

Les devoirs du citoyen peuvent être considérés comme la conséquence du fait que les droits des citoyens sont identiques pour tous. Les principes d'égalité et de réciprocité sont définis dans l'article 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 : "l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits."

Chacun doit donc respecter les droits des autres. Les devoirs du citoyen sont d'abord de nature juridique, et donc inscrits dans la loi. Ils permettent à la société de fonctionner de manière organisée et harmonieuse, dans le respect de chacun. Les devoirs juridiques sont des obligations, avec parfois une connotation morale. Mais d'autres devoirs ont une dimension purement morale qui fait appel, dans un pays laïque, au civisme et à la civilité afin de rendre supportable la vie en société.

Ainsi le respect par chacun de ses devoirs garantit la liberté, les droits et la sécurité de tous.
A noter qu'en France la loi du 16 juin 2011 sur l'immigration, l'intégration et la nationalité instaure la signature de la Charte des droits et devoirs du citoyen français par le postulant à la nationalité française par naturalisation ou réintégration, à l'issue du contrôle de son assimilation. Cette charte a été publiée avec le décret 2012-127 du 30 janvier 2012.
Cf. Charte des droits et devoirs du citoyen français

Les obligations des citoyens peuvent difficilement être listées de manière exhaustive. Les plus importantes peuvent néanmoins être regroupées en trois obligations essentielles :
  • respecter la loi et, par civisme, s'efforcer de la faire respecter. La loi ayant été élaborée par des représentants qu'ils ont élus ou par référendum, les citoyens sont donc moralement contraints de se conformer aux règles qu'ils se sont eux-mêmes fixées. De plus le respect de la loi est une condition nécessaire pour vivre dans une société organisée où ne règne pas la "loi du plus fort".
    Exemples d'obligations juridiques :
    • pourvoir à l'éducation de ses enfants et préparer leur avenir,
    • porter assistance à une personne en péril,
    • accepter d'être juré d'une Cour d'assise,
    • pour un chômeur inscrit à Pole Emploi, rechercher du travail, hors cas de dispense,
    • etc.

  • participer au financement de l'Etat qui oeuvre pour le bien de la nation en s'acquittant des impôts, taxes, cotisations sociales et autres contributions. La fraude fiscale, comme le contournement de la loi, l'évasion fiscale vers les paradis fiscaux, le travail "au noir"... est une violation des obligations du citoyen envers la communauté nationale.

  • participer à la défense du pays en temps de guerre, comme en temps de paix. Le Service national a été remplacé en 1997 par la Journée d'appel et de préparation à la défense, puis en 2010 par la Journée défense et citoyenneté. La conscription n'est que suspendue et l'"appel sous les drapeaux" peut être rétabli si la défense de la nation le nécessite.

Certains devoirs, civiques notamment, ne sont pas des obligations juridiques, mais des nécessités pour qu'une personne mérite pleinement d'être considérée comme un citoyen :
  • être loyal envers la communauté nationale, c'est-à-dire ne pas commettre d'actes contraires aux intérêts de celle-ci.

  • participer à la vie politique.
    • Voter que l'on peut considérer comme un devoir moral, lorsque le vote n'est pas obligatoire. Par son vote le citoyen assure le bon fonctionnement de la démocratie. En France, la carte d'électeur porte la mention "Voter est un droit, c'est aussi un devoir civique". On peut cependant regretter que le vote blanc ne soit pas pris en compte dans les résultats.
    • Lors des élections ou référendums, s'informer sur les choix proposés et les programmes des candidats.

  • respecter les autres et faire preuve de civilité par la reconnaissance mutuelle, sans discrimination aucune. Le respect mutuel constitue l'un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles.

  • faire preuve de solidarité sociale. Venir en aide aux autres en fonction de ses moyens (à noter que l'assistance à personne en péril, citée plus haut, est une obligation).

  • défendre l'environnement en y apportant sa contribution dans les différents domaines : alimentation, consommation, eau, énergie, transport, produits chimiques, jardinage, réutilisation, recyclage, etc.

A ces devoirs, il conviendrait, à mon avis, d'ajouter :
  • cultiver sa pensée critique, c'est-à-dire développer sa disposition à analyser attentivement une information avant de la tenir pour vraie. La pensée critique permet d'éviter de se faire trop rapidement une opinion ou de tirer des conclusions hâtives.
    Exemples :
    • prendre en compte les différents points de vue,
    • aller au-delà des apparences,
    • apprendre à raisonner correctement,
    • savoir détecter les sophismes et les raisonnements fallacieux,
    • ne pas tomber dans les pièges de la pensée (Cf. le dossier sur les biais cognitifs),
    • se méfier des explications et des solutions toutes faites, trop simples.


Pierre Tourev, 30/06/2016



Accueil     Textes     Haut de page