La Toupie  >  Citations   >   Critiques du TAFTA  >  par dates décroissantes

"Tourpilles", le recueil de citations


Critiques du TAFTA

(Grand Marché Transatlantique)

Classement par dates décroissantes



TAFTA : Transatlantic Free Trade Area ou Grand marché transatlantique


"Nous refusons que le droit des affaires prime sur les droits humains et sociaux. Il ne s'agit pas de politiques dites commerciales, il s'agit de la sécurité de l'emploi, de savoir ce que nous mangerons demain, de notre santé, de l'accès à l'éducation et à la culture, de la biodiversité, des manières de produire. Il s'agit de nos droits économiques et sociaux. En fait, il s'agit d'un choix de civilisation. Nous attendons de la transparence et plus d'explications de la Commission. Et surtout l'abandon de ce dangereux projet."
Patrick Le Hyaric, député européen - humanite.fr - Six personnalités expliquent leur refus d'un grand marché transatlantique consacrant la domination des multinationales - 16 juillet 2014

"Le refus du traité transatlantique est majoritaire au PS, comme l'a montré le vote des militants lors de la convention sur l'Europe de juin 2013 sur l'amendement qui prenait position contre l'engagement des négociations sur ce traité. Cela correspond à un choix idéologique de fond?: l'affirmation de la nécessité de sortir du libre-échange généralisé pour entrer dans une logique du juste-échange à laquelle, à l'évidence, ce traité, tel qu'il est conçu, tourne le dos."
Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS - humanite.fr - Six personnalités expliquent leur refus d'un grand marché transatlantique consacrant la domination des multinationales - 16 juillet 2014

"Tous ces accords de libre-échange ne profitent qu'aux multinationales. J'ai vu à l'oeuvre l'Alena, l'accord nord-américain dont George Bush père disait lui-même qu'il était un laboratoire du libre-échange. Cet accord a littéralement détruit l'agriculture mexicaine, en mettant par exemple en concurrence le maïs traditionnel mexicain avec le maïs OGM subventionné des États-Unis. Cet accord a poussé à la rue ou à l'immigration clandestine trois millions d'agriculteurs mexicains, sans aucune contrepartie positive pour le Mexique."
Marie-Monique Robin, journaliste - humanite.fr - Six personnalités expliquent leur refus d'un grand marché transatlantique consacrant la domination des multinationales - 16 juillet 2014

"Toute zone de libre-échange implique de faire tomber les barrières douanières, soit une perte de 20?milliards, et la crainte, fondée, de voir les prix des produits alimentaires souffrir de la concurrence des producteurs américains. Autre exemple : un alignement des modèles agricoles verrait l'introduction, par exemple, du boeuf aux hormones sur le marché européen. Qui peut affirmer que la libéralisation des échanges ne verrait pas des entreprises privées américaines concurrencer les services publics de santé et d'éducation chez les Vingt-Huit ? Les multinationales s'en frottent déjà les mains."
Cathy Ceïbe - humanite.fr - La goinfrerie orwellienne des multinationales - 16 juillet 2014

"Ces négociations opaques se déroulent dans le dos des peuples d'Europe et d'Amérique du Nord. Elles visent à établir un grand marché transatlantique qui consacrerait la domination des multinationales européennes et américaines au détriment des citoyens de part et d'autre de l'Atlantique. Sous couvert d'une hypothétique relance de la croissance, ces négociations risquent de niveler par le bas les normes sociales, économiques, sanitaires, culturelles et environnementales. Ces nouvelles normes seraient placées sous le contrôle de tribunaux supranationaux d'arbitrage privés, hors de tout contrôle démocratique."
Collectif national unitaire stop TAFTA - collectifstoptafta.org - Toutes et tous hors Tafta ! - 10 juillet 2014

" Ah oui ? Et si c'était nous, les Européens, qui nous apprêtions à utiliser ce traité pour imposer l'ultralibéralisme aux Américains ? [.]
Sauf que c'est précisément ce qui apparaît de la fuite d'un document de la Commission européenne révélée aujourd'hui par Corporate Europe Observatory : nous les Européens, tentons en ce moment-même d'utiliser les négociations du traité transatlantique TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership) pour imposer aux Américains qu'ils détricotent leur nouvelle législation portant sur le secteur financier, beaucoup plus exigeante que la nôtre. Ce n'est pas le gouvernement américain qui essaie d'entuber les pauvres petits Européens, c'est la Commission européenne qui tente d'entuber les pauvres petits Américains !"

Paul Jorion - pauljorion.com - Traité transatlantique : ne vous fiez pas aux apparences ! - 1er juillet 2014

"Les négociations se poursuivent entre Bruxelles et Washington sur l'accord de libre-échange transatlantique (Tafta). La Commission européenne a lancé une consultation publique à ce sujet qui prend fin le 6 juillet. L'ONG Friends of the Earth (FoE) Europe dénonce cette pseudo-consultation : la question qui fâche - "Etes-vous pour ou contre l'instauration d'un mécanisme de règlement des différends ?" - n'est même pas posée."
Natacha Cingotti, chargée de campagne Tafta à FoE Europe - Alternatives Economiques - Traité transatlantique : des lignes rouges à ne pas franchir - juillet 2014

"Avec ces procédures d'arbitrage dominées par la jurisprudence américaine, les multinationales gagnent un moyen de faire valoir leurs intérêts contre le droit des Etats à légiférer. Autrement dit, les Etats risquent d'avoir à payer pour des décisions prises dans un cadre démocratique au nom de l'intérêt général !"
S.M. - Alternatives économiques - Multinationales contre Etats - juin 2014

"Le TAFTA sera LE moyen LEGAL pour les lobbies et autres groupes d'influence de faire valider en Europe toutes les "saletés" qu'ils ont cherché à faire passer sans succès depuis une quinzaine d'années. Il est encore temps d'empêcher ce désastre et cette future tyrannie des multinationales sur les États et les peuples."
L'Indigné du Canapé - agoravox.fr - Le Grand Traité Transatlantique (#TAFTA) expliqué aux nuls - 29 mai 2014

"Si le traité transatlantique était déjà en vigueur, des firmes américaines, ou des filiales américaines de sociétés européennes pourraient attaquer la France et demander des centaines de millions d'euros de dédommagement parce que la France a interdit la culture d'OGM, l'exploitation des gaz de schiste ou le bisphénol A. Le tribunal privé est un transfert inacceptable de souveraineté des citoyens et des collectivités vers les firmes multinationales."
Yannick Jadot - liberation.fr - "Le traité de libre-échange menace un projet européen spécifique et durable" - 19 mai 2014

"Cambadélis, le strauss-khanien qui dirige le PS, affirme que le PS est contre le grand marché transatlantique, alors que c'est un gouvernement PS-EELV qui a donné son accord pour que commence la négociation et que Hollande a souhaité qu'on accélère les négociations du GMT, le 11 février dernier à Washington, devant son seigneur et maître le Président US.
Le PS affirme que Martin Schulz, son candidat pour la présidence de la Commission européenne, est hostile au grand marché transatlantique, alors que celui-ci a déclaré le 11 mai à Mediapart "oui, je suis favorable aux négociations"."

Raoul Marc Jennar - mediapart.fr - GMT, Europe sociale : LE PS ment (comme d'hab. ) - 18 mai 2014

"Les investisseurs seront protégés "contre l'expropriation directe et indirecte", y compris avec un droit à compensation. Une mesure qui a pour effet de réduire les profits de l'entreprise peut être considérée comme une expropriation indirecte (interprétation déjà rencontrée dans plusieurs procès)."
Assemblée citoyenne de Chambéry - acfdg-chambery.fr - "Partenariat Transatlantique pour le Commerce et les Investissements (PTCI)" - 7 avril 2014

"François Hollande a plaidé lors de sa visite aux Etats-Unis pour une accélération des négociations de libre-échange transatlantique, sans même un mot pour les 500 millions de citoyens européens exclus d'une négociation qui se fait sans eux, et le plus souvent contre eux. En juin 2013, il s'était pourtant battu aux côtés du parlement pour exiger de ses partenaires européens l'exclusion de l'audiovisuel et du cinéma des négociations, afin de préserver l'exception culturelle française. Cette exception est toutefois l'arbre qui cache la forêt des renoncements. Quid de l'exception agricole et alimentaire ? Des services publics ? De la santé humaine et environnementale ? Avant qu'il ne soit trop tard, nous l'appelons à rejeter l'ensemble de cet accord. Le choix démocratique d'appliquer le principe de précaution ne peut pas être remis en cause dans le dos des citoyens. Notre santé d'abord !"
Les invités de Médiapart - mediapart.fr - L'abus de libre échange peut nuire à votre santé - 25 mars 2014

"Ce traité s'affirme ainsi comme tourné vers le passé, fondé sur les mêmes vielles recettes que celles qui mènent l'Europe à son déclin, son peuple vers la paupérisation et ses écosystèmes à l'épuisement : il est un coup de grâce pour l'Europe, pour la planète et pour l'Homme, et partant : un coup de grâce aussi pour l'humanisme lui-même."
Patrick Gatines et Laure Pascarel - mouvementutopia.org - Le Partenariat Transatlantique Commerce & Investissement (PTCI) : le choix d'une politique de dé-civilisation - 24 mars 2014

"Il existe de réelles préoccupations sur ce que le TTIP pourrait causer aux normes et règles fondamentales de l'UE, que ce soit en ce qui concerne la protection des services publics, la propriété intellectuelle, la sécurité alimentaire, les OGM, les indications géographiques, la santé ou les normes environnementales."
Isabelle Durant - isabelledurant.eu - Le Groupe des Verts lance son site sur le TTIP - 15 mars 2014

"A l'aune de cette analyse préliminaire, le PTCI apparaît avant tout comme un projet politique porté par les élites économiques et politiques de part et d'autre de l'atlantique. Sous le prétexte de l'augmentation du commerce et de la création d'emploi, ce traité transatlantique vise surtout à s'attaquer aux réglementations sociales et environnementales, à établir des droits entreprises primant sur ceux des citoyens, et à consolider le leadership étatsunien et européen dans un ordre mondial en plein changement."
Réseau Seattle to Brussels - attac.org - Un partenariat transatlantique pour le meilleur des mondes - 26 janvier 2014

"Ce projet n'est qu'une résurgence de l'Accord multilatéral sur l'investissement (AMI) auquel le gouvernement de Lionel Jospin avait décidé de soustraire la France en 1998. Il consiste notamment à soumettre les Etats à des tribunaux d'arbitrage privé où des entreprises pourront plaider pour la suppression de dispositions sociales, environnementales, de santé publique ou de protection des consommateurs.
Les raisons pour lesquelles la gauche au pouvoir a rompu ces négociations en 1998 sont encore toutes réunies en 2014 : s'il était bon de rompre hier, il est bon de rompre aujourd'hui."

Patrick Beauvillard, porte-parole de Nouvelle Donne - nouvelledonne.fr - TTIP/TAFTA : L'arrêt des négociations n'est pas négociable - 22 janvier 2014

"Que des élus mandatés pour représenter les peuples souverains des vieilles démocraties occidentales se résignent à un tel abandon de souveraineté dans le plus grand secret, relève au mieux de la déception, au pire de la trahison, même si l'on commence à prendre l'habitude de voir bafouer la souveraineté du peuple quand il n'est par exemple tenu aucun compte du résultat d'un vote qui n'est pas conforme aux attentes des oligarchies dirigeantes, comme cela a été le cas dans plusieurs pays européens, dont la France, pour la ratification du traité de Lisbonne.
Ce n'est donc pas seulement le droit pour les multinationales de vendre des OGM sans étiquette ou du poulet désinfecté au chlore ou encore des produits pharmaceutiques hors de prix, racket à la santé oblige, ou bon leur semble qui est en jeu, c'est probablement l'avenir de la démocratie représentative qui l'est."

Jean-Paul Vignal - pauljorion.com - Le libre-échange vaut-il qu'on lui sacrifie la démocratie ? - 19 janvier 2014

"Les négociations en cours portent également sur la création d'un organisme de règlement des différends entre les investisseurs et les Etats. Celui-ci, indépendant des Etats et au sein lequel les investisseurs (les FMN) et les Etats auraient le même statut, serait chargé de régler les conflits entre ces deux parties.
Plus précisément, une FMN pourrait attaquer un Etat et obtenir des dommages et intérêts si elle juge une décision publique contraire à ses intérêts.
Un Etat autorisant une firme à faire des recherches exploratoires pour le gaz de schiste pourrait être amené à dédommager la firme si finalement il y renonçait ! Les Etats étant condamnés pour des décisions prises démocratiquement."

Nathalie Coutinet, économiste atterrée - blogs.rue89.nouvelobs.com - L'accord transatlantique : les bénéfices promis sont très discutables - 18 janvier 2014

"Les États-Unis d'Amérique ont un objectif très clair : recouvrer la suprématie mondiale dont ils ont bénéficié à la fin de l'URSS quand le monde était devenu unipolaire à leur avantage. Ils ont utilisé les organisations mondiales comme l'OMC et le FMI pour des accords multilatéraux basés sur le libre-échange visant à retirer aux autres nations alors en position défavorable, la maîtrise de leurs échanges commerciaux au bénéfice de multinationales largement contrôlées par la ploutocratie étatsunienne. Ils ont été largement aidés dans leur entreprise par l'UE à la fois pour soumettre les pays européens mais aussi le reste du monde en servant de caisse de résonance à leur politique, d'abord en nivelant les droits de douanes, puis en s'attaquant aux "barrières non-tarifaires" que sont les normes sociales, environnementales, alimentaires, techniques, etc. Cette stratégie a trouvé sa limite par l'émergence des "BRICS" (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui est venue perturber le leadership étasunien puisque, notamment, de très grandes entreprises des pays émergents concurrencent désormais avec succès les firmes multinationales à base étasunienne ou européenne. Dans cet ensemble, la Chine tient une place à part compte tenu de sa taille et de son régime politique. L'OMC et le multilatéralisme ont vécu pour les États-Unis d'Amérique comme moyen de domination du monde : il leur faut changer de stratégie. C'est pourquoi ils veulent désormais contourner l'OMC qui ne leur offre plus les mêmes garanties du fait du poids croissant des pays émergents et des pays pauvres."
Communiqué du M"PEP - m-pep.org - Projet d'accord transatlantique : un nouvel OTAN économique - 15 septembre 2013

A propos des négociations en cours : "c'est un piège considérable pour les Européens, je crois que les Français ont bien fait de vouloir se battre sur le problème de l'identité culturelle, mais c'est un tout petit aspect du problème. [...] Nous sommes dans une situation extrêmement difficile."
Dominique Strauss-Kahn - audition au sénat - 26 juin 2013

"Ce GMT n'est que le cheval de Troie de l'ultralibéralisme que les multinationales, à commencer par celles des États-Unis, veulent imposer à tous les pays. Quand elles rencontrent un échec, comme avec l'accord multilatéral pour l'investissement (AMI) à la fin des années 90 ou le cycle de Doha (au début des années 2000) elles ne se découragent pas, mais relancent l'offensive d'une autre façon. C'est ce qui se passe avec cette négociation pour un grand marché transatlantique."
Martine Billard, coprésidente du Parti de Gauche - lepartidegauche.fr - Vous avez aimé les OGM, vous aimerez le poulet au chlore - 30 mai 2013

"Quelques personnalités et certains médias tentent timidement de braquer le projecteur sur la nécessité, dans cette négociation géante, de garantir "l'exception culturelle". Cela veut bien dire qu'ils essaient de "sauver" une "exception" du désastre annoncé.
Ils n'ont pas tort mais leurs efforts sont voués à l'échec. L'exception culturelle est la pointe émergée de l'iceberg. Les enjeux de l'accord transatlantique entre l'UE et les USA sont d'une toute autre ampleur et l'exception culturelle ne doit pas servir de prétexte. Ce n'est pas parce que cette "exception" aurait été épargnée que l'accord serait pour autant acceptable."

Gérard Filoche - marianne.net - Refusons d'engager les négociations pour un projet d'accord transatlantique - 27 mai 2013

"Jamais le candidat Hollande n'a parlé d'un tel projet dans sa campagne électorale. Jamais le Parlement français n'a été amené à en débattre. C'est une attaque insupportable contre la souveraineté du peuple français. Madame Bricq [ministre du Commerce extérieur dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault] a pourtant déclaré : "on ne peut être que favorable" à ce projet. De quel droit parle-t-elle ainsi ? Ce projet est désastreux d'un point de vue économique, social, financier, agricole, sanitaire, culturel. Avec ce projet, atlantisme, libéralisme et autoritarisme sont plus que jamais la doctrine de l'Union européenne et du gouvernement qui l'accepte. La France doit s'opposer à ce projet funeste contre son indépendance et celle de l'union Européenne."
Jean-Luc Mélenchon - jean-luc-melenchon.fr - 18 avril 2013





Accueil     Citations     Haut de page