La Toupie  >   Forum des Toupinautes   >   Avant tout, devenir de véritables citoyens !

  Forum des Toupinautes  


Avant tout, devenir de véritables citoyens !

Citoyens et consommateurs


Léon 65 - 2018-01-25 - 16:08



(Ce texte est extrait du forum : Citoyen et consommateur (consommaction))


Une chose est certaine, si les électeurs se détournent des urnes, ils ne se détournent pas des temples de la Consommation. Si la grève générale de la consommation ne fait pas recette, pas plus d'ailleurs que la grève générale tout court, ce n'est pas le cas des soldes, des promos, du Black Friday, du lowcost etc. etc.

Consommer c'est finalement comme voter, ce n'est pas bien compliqué, ce n'est pas comme réfléchir. Pour une immense majorité l'acte de consommer ne dépend que de l'offre, des prix et du porte-monnaie, point barre. Ce qui est certain c'est qu'avant d'être des citoyens nous sommes avant tout des consommateurs (que j'écrirais cette fois correctement). Quant à ce Citoyen, nous en avons déjà parlé, je reste sur la définition qu'en a fait Han Ryner (Léon 65 -2016-10-12- 20:54)

Partant de là le reste n'a plus beaucoup de sens. De la même manière que le fameux écocitoyen (superbe pléonasme) reste généralement un écotartufe, le consommacteur au service de la consommation reste un con-sommateur. (lire "No conso" de Paul Ariès – 2006)

Bien sûr l'acte de consommer est quelque part un acte politique, et c'est de là que viennent ces mots valises "alter-consommateur" et "consommacteur". Comme on donne sa voix ou sa confiance à untel plutôt qu'à tel autre, mieux vaut ne pas donner son argent à n'importe quel marchand de salades ou de rêves. Entre ceux qui nous vendent toutes sortes de poisons, entre ceux qui traitent mal leurs employés, les animaux, l'environnement, l'acte d'achat est non seulement un acte politique mais un véritable casse-tête, et Dieu sait que de nos jours on n'aime pas se faire trop mal à la tête.

En tous cas plus personne aujourd'hui ne peut ignorer les ravages de cette société de consommation, que ce soit au niveau de l'environnement que des inégalités sociales, nous pouvons donc dire que de ce côté-là la prise de conscience est faite. Mais force est de constater que ça ne change rien. Toujours plus de saccages environnementaux, d'injustices, d'inégalités, de milliardaires, et bien évidemment de consommations. L'inertie bien sûr, mais surtout le syndrome du Titanic, ou de l'autruche, autrement dit le déni de réalité qui fait que nous ne voulons pas, pouvons pas, croire ce que nous savons. Le toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus gros, toujours plus loin, relève non seulement de l'impossible mais avant tout de la folie. Notre société est malade, nous sommes malades ! Aujourd'hui tout se consomme, du plus utile au plus futile, tout se monnaye, le temps c'est de l'argent, tout a un prix, même un organe, une gestation, un enfant, une vie. Les ravages de cette société s'étendent jusqu'à notre morale, notre part d'humanité, nos cerveaux.

Consommer pour oublier, pour se faire plaisir et "parce que je le vaux bien", telle est la seule voie qui fait rêver le consommateur, le seul discours qu'il puisse entendre. Donc, en attendant ce qui doit arriver... the Show must gon on !

Consommer "proprement" et/ou "équitablement" ça lui permet en plus, et même temps, de se mettre en paix avec sa conscience, pour peu qu'il lui en reste. L'éco-citoyen-consomm-acteur rêve d'une planète belle, propre, équitable et durable. .. et en même temps, il ne peut pas remettre en question son train de vie de "petit-bourgeois gentilhomme" (lire Alain Accardo). Déjà là, cherchez l'erreur !

Ce ne sont donc pas les labels verts ou "équitables" ni les "chartes éthiques" que même les plus gros saccageurs et empoisonneurs s'appliquent à exhiber (business as usual) qui viendront changer quoi que ce soit à ce qui doit arriver.

Cessons-donc de nous mentir, aujourd'hui l'écologie est le cadet des soucis du français moyen, l'écologie est la préoccupation de ceux qui ne manquent de rien. De quoi alors ce français moyen manque-t-il ? C'est le chômage, donc son sacro-saint Pouvoir d'Achat, qui arrive en tête de ses préoccupations, ainsi que sa si chère sécurité. Mais sait-il au moins de quoi il a réellement besoin et de quoi il a le plus peur ?

Même s'il est maintenant trop tard pour éviter certaines catastrophes, le monde de demain, celui que nous laisserons à nos enfants, dépend toujours de nous. Posons-nous la question, que voulons-nous ? Quel projet de société ? Bien évidemment il ne sert à rien de se creuser la tête avec ça tant que nous n'aurons pas renoncé à vouloir le beurre et en même temps l'argent du beurre.


Léon 65, 2018-01-25



Accueil   "Forum des Toupinautes"   Haut de page