La Toupie   >   Forum des Toupinautes > Héritage : Pour un plafonnement


 Forum des Toupinautes 

Forum : Héritage : Pour un plafonnement

(65 messages)

Voir les conditions d'utilisation du Forum des Toupinautes

Présentation du forum :

Equitable et redistributive, cette mesure permettrait de "remettre les compteurs à zéro" (ou presque) à chaque génération, en dégageant des ressources pour mettre en œuvre une véritable politique d'égalité des chances. La progressivité des droits de succession et un plafond judicieusement choisi permettraient de ne pas pénaliser une très grande majorité de la population.
Voir : Le plafonnement de l'héritage.

Ajouter un message à ce forum

Pseudonyme : Si vous êtes déjà enregistré :
    Pseudo :    Mot de passe :     
L'inscription n'est pas nécessaire. Elle permet cependant de réserver votre pseudonyme et d'être sûr qu'il ne sera pas utilisé par un autre internaute. S'enregistrer

Accès libre :  Pseudo :
    
Titre du message :
Texte :
Votre e-mail : 
(Inutile si vous êtes enregistré, facultatif pour l'accès libre. Non publié)

Page : Précédente  1  2  3 4  5  6  7  Suivante 

Denis_B   -   2016-04-30 - 19:41
La suppression ou le plafonnement de l'héritage, une grave question.
Je trouve la suggestion de Philippe (qui reprend la proposition de Blum) très intéressante : au-delà d'une certaine somme forfaitaire par héritier, laissez aux héritiers (réservataires ou non) l'usufruit de la fortune, la nue-propriété revenant à l'Etat.

Mais je propose d'aller un peu plus loin ; pour éviter les rentes de situation permanentes, je suggère d'amputer l'usufruit des héritiers d'un pourcentage chaque année (au moins 10%) de telle sorte qu'au bout de dix ans (au maximum) les héritiers soient obligés de s’appuyer sur leurs propres ressources et leur propre mérite.

La séparation de l'usufruit et de la nue-propriété me semble difficile à gérer à long terme surtout entre personnes publiques et privées.

Ce système serait moins difficile à mettre en place, puisse qu'il n'y aurait plus lieu de se préoccuper de la génération des héritiers.

nessbuz   -   2016-03-15 - 16:55
heritage privé vs heritage commun
Jusqu'à présent la notion de bien commun n'exprime pas le bien matériel mais l'ensemble de facteurs comme les lois qui régissent le bien de tous (le bonheur).
Cependant aux vues du pillage que des particuliers opèrent sur les caisses communes ne faudrait il pas valoriser l'héritage commun plutôt que de dégrader l'héritage privé qui en découle ?

nessbyz   -   2016-02-28 - 17:27
besoin des multis milliardaire ? wtf !
Ce sont eux qui ont besoin de nous ! De maniere perfide il
arrivent systematiquement à nous rendre leurs esclaves ici
et là à travers le monde ce sont d'illégaux apatrides
détenant des pays entiers et ils sont protégés par nos
instutions comme des dieux ce qui leur permet d'aisement
continuer le vol des ressources communes en toute impunité !
S' il y a bien des gens dont il faut savoir s'
éloigner ce sont ces memes petroindividus au bras aussi
long que douze fois tous les pays de monde !..

fanfab   -   2016-02-18 - 16:10
capitalisme - héritage
Etablir de nouveaux barèmes pour la transmission d'héritage est une bonne idée mais les fortunes se font en moins d'une génération et les avocats fiscalistes sont assez bien formés pour faire disparaître le trésor avant que le public en ait vent.
Notre société pour rester viable, a-t-elle besoin de multi-milliardaires ?
Ne faudrait-il pas fixer un plafond de richesse personnelle ? Il existe bien un revenu minimum ...
Ne devrait-on pas considérer qu'un créateur, un entrepreneur qui réussit par son génie et son travail à amasser une grande fortune la doit, à partir d'un certain seuil, également au travail d'autres personnes et que cette richesse devrait être redistribuées plutôt que stockée sur un compte bancaire.


Léon 65   -   2016-02-16 - 15:16
Détournements spécieux...
Orticule, il n'y a pas hélas, que l'interdiction de la spéculation et de l'usure qui ont fait l'objet de détournements spécieux.
Regardez par exemple aujourd'hui par qui est portée cette idée a priori bonne, du revenu universel.
Mais bon... nous sommes là hors-sujet.

Orticule   -   2016-02-15 - 19:58
héritage et spéculation
L'interdiction de la spéculation et du prêt à intérêt ont toujours fait l'objet de détournements spécieux. Pour Etre plus direct, elles ont copieusement nourries l'antisémitisme, ce qui les situent sur l'un des sommets de l'intolérable.

RV   -   2015-05-14 - 16:28
rubrique plafonnement de l'héritage
Bonjour,
La rubrique "plafonnement de l'héritage" propose de s'attaquer à l'un des fondement du capitalisme, je veux dire l'accumulation par quelques uns des richesses produites par le plus grand nombre.
L'héritage et son mode de fonctionnement en est un levier important.
Je propose à votre réflexion d'y ajouter l'interdiction de la spéculation et du prêt à intérêt.
Idées défendues notamment par Paul Jorion.
L'interdiction de la spéculation a historiquement été effective sur un laps de temps bien plus important que son autorisation actuelle.
Cordialement
Romain Vitorge

NO-EMOTION   -   2015-02-25 - 15:43
Héritage = cercle vicieux
Notre société va mal en grande partie à cause des écarts de richesse.
Transmettre ces écarts ne fait que les accentuer.

Philippe   -   2014-09-23 - 22:35
L'argument anthropologique
Dans le débat sur l'héritage, un autre argument est sans cesse avancé : l'argument anthropologique : "l'héritage est de tous les temps et de toutes les sociétés." C'est donc un droit naturel. Sur cette base, on nous sert sempiternellement la vulgate de la nécessaire possession des choses (manger, c'est priver l'autre d'une part de la nourriture disponible). Sauf que l'héritage n'apparaît en fait que lorsqu'il y a quelque chose à s'approprier durablement, et non pas seulement à posséder. Méconnaître ce fait, c'est confondre usage, possession, propriété et transmission de la possession ou de la propriété. Dans un tel débat, il ne faut pas perdre de vue que l'héritage est une institution, un mode d'organisation et de pratique sociales destiné justement à donner une réponse à la question de la transmission de la possession ou de la propriété. Il y en a d'autres : don, échange, violence... Donner une définition de ce type à l'héritage pour feindre de découvrir ensuite qu'il est de tous les lieux et de tous les temps est hypocrite : la conclusion est contenue dans la prémisse, le raisonnement est tautologique. Un peu comme si, à la croisée de deux chemins, vous trouviez soudain épatant que la majorité des voyageurs s'inquiète de la quatrième direction, et ne se contente pas de réfléchir aux perspectives offertes par les trois autres.

Philippe   -   2014-09-23 - 22:35
L'entrepreneur de Schumpeter
Un autre économiste a introduit un élément de distraction dans ce débat. C'est la figure de l'entrepreneur que Schumpeter a mise à la place du capitaliste. La critique de Marx par cet auteur est très intéressante, mais les arguments de Schumpeter dans l'objectif de construire un édifice théorique concurrent sont assez faibles. Vous remarquerez que les néo-libéraux se servent pourtant de la figure de l'entrepreneur pour argumenter contre l'imposition des successions. L'entrepreneur agit pour son entreprise, qui est en quelque sorte son "bébé", et pour ses héritiers. Enlevez-lui ce moteur, et vous supprimerez l'esprit d'entreprise, donc vous tuerez l'emploi. Non seulement, Schumpeter se trompe largement lui-même sur l'importance théorique de l'entrepreneur, mais il est plus nuancé quant à son rôle global (Schumpeter s'est d'ailleurs aussi intéressé aux modes d'administration de la grande entreprise, managers contre propriétaires).


Page : Précédente  1  2  3 4  5  6  7  Suivante 





Accueil     Forum des Toupinautes     Haut de page