La Toupie   >   Forum des Toupinautes > Héritage : Pour un plafonnement


 Forum des Toupinautes 

Forum : Héritage : Pour un plafonnement

(79 messages)

Voir les conditions d'utilisation du Forum des Toupinautes

Présentation du forum :

Equitable et redistributive, cette mesure permettrait de "remettre les compteurs à zéro" (ou presque) à chaque génération, en dégageant des ressources pour mettre en œuvre une véritable politique d'égalité des chances. La progressivité des droits de succession et un plafond judicieusement choisi permettraient de ne pas pénaliser une très grande majorité de la population.
Voir : Le plafonnement de l'héritage.

Ajouter un message à ce forum

Pseudonyme : Si vous êtes déjà enregistré :
    Pseudo :    Mot de passe :     
L'inscription n'est pas nécessaire. Elle permet cependant de réserver votre pseudonyme et d'être sûr qu'il ne sera pas utilisé par un autre internaute. S'enregistrer

Accès libre :  Pseudo :
    
Titre du message :
Texte :
Votre e-mail : 
(Inutile si vous êtes enregistré, facultatif pour l'accès libre. Non publié)

Page : Précédente  1  2  3 4  5  6  7  Suivante  Dernière

Léon 65   -   2016-10-28 - 18:27
Altruisme (Suite)
Rico
Cette définition (Wikipedia) de l’altruisme est comparable à celles que l’on retrouve dans la plupart des dictionnaires, elle décrit l’idée que se font la plupart d'entre-nous de ce mot, dont moi évidemment.
Cependant, je dépasse ce cadre-là pour m’interroger sur l’origine ou les causes de ce comportement.

L’altruisme serait donc ce "comportement animal et humain caractérisé par des actes a priori désintéressés..."
Nous devons donc réfléchir au sens du mot "intérêt". Notez que Wikipedia est prudent puisqu’il écrit "a priori désintéressés"... Je note avec plaisir que l’auteur de cette définition a pensé aussi aux animaux. (en effet, la question du sens moral chez les animaux se pose).
Ce sont les études en biologie et particulièrement en neurobiologie qui nous expliquent ce que j’exposais brièvement dans mon commentaire précédent. Il y a également tout le questionnement philosophique sur ce sujet. En ce qui me concerne, ma philosophie ou tout simplement ma raison... se base sur les connaissances scientifiques.

De son côté, l’égoïsme serait ce "tempérament qui consiste à avoir tendance à privilégier son intérêt propre aux dépens de celui du reste du monde en général, ou d'autrui en particulier ..." (Wikipedia)
Ici on parle de "tempérament", mot qui renvoie à l’idée que cette chose serait innée. L’homme étant un animal particulièrement compliqué, il trouve parfois un intérêt dans des choses bizarres... Alors qu’il est programmé biologiquement pour fuir le stress (douleur) et rechercher le plaisir, certains spécimens trouvent du plaisir à se faire souffrir eux-mêmes (masochisme)...
Ceci pour dire, non pas que l’altruisme serait synonyme de masochisme, mais que nous sommes avant tout, tous égoïstes. Dans les sens où nous ne visons qu'à maintenir cet indispensable équilibre vital.

Il n’y a aucune honte ni fierté à avoir, sur le fait que nous sommes tous construits ainsi. Tout le reste n’est qu’une affaire de biologie, ou/et de psychologie, de morale, donc de culture. Ainsi certains trouveront leur équilibre, notamment la paix avec leur conscience... en se dévouant corps et âme aux autres, alors que d'autres le trouveront en ne se regardant que le nombril.

C’est la capacité à réfléchir, à se libérer de ses déterminismes, à se dépasser... qui fait la différence entre les individus.
Un autre question se pose alors... cette capacité serait-elle innée ?


RICO   -   2016-10-27 - 03:02
Re: Altruisme ?
Certes l'altruisme varie suivant le point de vue d'où l'on se place... faut-il devenir totalement pauvre pour être considéré comme ayant la qualité d'altruisme ? Car être bénévole dans une association caritative par exemple même si je suis riche ne fait pas de moi un égoïste.



RICO   -   2016-10-27 - 02:43
Re: Altruisme ?
Le mot altruisme et l'adjectif altruiste s'appliquent aujourd'hui à un comportement animal et humain caractérisé par des actes a priori désintéressés, ne procurant pas d'avantages apparents et immédiats à l'individu qui les exécute mais qui sont bénéfiques à d'autres individus et peuvent favoriser surtout à long terme un vivre-ensemble et une reconnaissance mutuelle au sein du groupe où il est présent.

En Occident, ils peuvent caractériser une valeur culturelle et sociale - parfois à contre-sens de la culture et de la société dominante : un acte héroïque comme le sauvetage d'une vie humaine ou d'un être vivant parfois au péril de la propre vie du sauveteur bénévole, une succession d'actes ou de services quotidiens sans rien attendre en retour, une manifestation d'un amour désintéressé envers un autrui inconnu. Ce type d'acte est qualifié parfois de philanthropique, c'est-à-dire exprimant le souhait qu'autrui trouve ce qui peut lui être inaccessible, accessoirement un bonheur, matérialisé ou instrumentalisé grâce à des fondations ou des institutions. Le terme altruisme peut être considéré comme antinomique d'égoïsme.

Ce terme est parfois dévoyé vers le sens d'empathie ou réduit le plus souvent à la simple générosité du donateur, mais l'altruisme est d'abord une générosité libre et gratuite, libérée des contraintes, des ordres et des hiérarchies sociales au point de s'afficher contre l'ordre dominant d'essence politique et/ou religieuse, que ce dernier soit corrompu ou que ses valeurs fondatrices soient diluées et évanescentes au sein d'institutions plus ou moins bureaucratisées ou arriérées. Dans ce cas réducteur, il peut-être décrit par l'éthique de réciprocité, qui n'est parfois qu'une copie philosophique équivoque ou essentialiste du don/contredon spécifique de nombreuses sociétés traditionnelles.

L'altruisme et la générosité du cœur n'ont aucune dimension universelle. Il n'en demeure pas moins que le regard sur l'altruisme tend à s'universaliser avec la progression du modèle de la société urbaine et occidentalisée.

(Source: wikipedia.org/wiki/Altruisme)

Léon 65   -   2016-10-25 - 22:28
Altruisme ?
L'altruisme ne serait-il pas finalement qu'une forme d'égoïsme ?
Quoiqu'il en soit, à mon avis... l'altruisme d'un Abbé Pierre, d'une Mère Térésa ... n'a rien à voir avec le soit-disant altruisme d'un Bill Gates ou autre Mark Zuckerberg.

Personnellement je crois que l'homme est naturellement égoïste. Comme n'importe quel autre organisme vivant, une seule chose l'anime, c'est le désir de vivre. Ou survivre... Il maintient son équilibre vital de multiples façons... chacun sa came. (C'est la lecture des livres d'Henri Laborit qui m'a appris cela.)

Une seule chose le poussera à changer sa façon de se comporter, c'est la nécessité.
C'est quand il ne pourra plus faire autrement que l'homme redécouvrira la solidarité.

RICO   -   2016-10-21 - 03:20
Héritage : Pour un plafonnement
Une tentative de plafonnement de l'héritage aura pour conséquence une fuite des capitaux et des biens de production vers l’Étranger car il ne faut pas prendre les plus riches de la société française pour des idiots... seule la prise d'une conscience altruiste pourra faire bouger les choses comme chez les américains avec Bill Gates ou Mark Zuckerberg.

Conclusion: Peut être qu'un jour et avant qu'il ne soit trop tard, la société humaine sera devenue tellement altruiste et suffisamment intelligente pour faire de ce monde un vrai paradis pour tous les êtres vivants : animaux dont l'homme, végétaux, minéraux, etc.


Pierre Tourev   -   2016-10-19 - 23:48
à Rico - Brider le système...
Dans ce que je propose, le but, ce n'est pas de brider le système, mais de rendre à tous, au moyen de l'Etat redistributeur, la richesse qui s'est accumulée indûment entre les mains d'une minorité. Aucun homme ne mérite de gagner plusieurs centaines de fois le salaire médian. Lorsque cela arrive c'est que quelqu'un, au bout du compte, s'est fait exploité ou arnaqué : l'ouvrier sous-payé, le client qui paie beaucoup plus que ce qu'il devrait, la société dans l'ensemble (évasion fiscale, exploitation d'une faille juridique, fraude...), d'autres entreprises (concurrence déloyale, ...), etc.
La progressivité de l'impôt sur le revenu et le plafonnement de l'héritage sont des moyens de corriger ces accumulations de richesse.


RICO   -   2016-10-18 - 16:08
Brider le système...
Brider le système...pour quoi faire ? pour permettre une meilleure redistribution des richesses ? Comment je le disais dans mon premier post : "...la vraie solution est à rechercher ailleurs...", en effet, il faut s'interroger d’abord et avant tout sur le fonctionnement de la société, l'héritage n'est qu'en bout de chaîne...il est intéressant d'analyser qui est le plus riche: est-ce le riche homme d'affaires ?, est-ce le rentier qui a hérité de sa famille ?, est-ce le gagnant du loto ?...par ma part, je dirais ni l'un ni les autres...le vrai gagnant est le Système autrement dit : "l’État", qui prélève la TVA et les autres taxes en tout genre, qui détient la totalité des richesses du pays mais aussi des intérêts dans d'autres parties du monde.

Et oui voilà le vrai Responsable, penser qu'en plafonnant l'héritage de quelques-un(e)s cela va changer ou arranger quelque chose me paraît peine perdue.

Pierre Tourev   -   2016-10-13 - 19:41
à Rico - UTOPIE
Je ne me fais guère d'illusion sur la capacité de l'Humanité à devenir altruiste. Pour que la société avance, il faut effectivement un minimum de "carotte". Mais si on laisse faire le système sans le brider, il conduit à toujours plus d'inégalité et à une accumulation de la richesse entre les mains de quelques-uns.
Le plafonnement de l'héritage est un des moyens pour y remédier, sans arrêter de faire tourner le monde. C'est que j'essaie d'expliquer dans cet article : Réduire les inégalités en bridant l'accumulation du capital.


RICO   -   2016-10-13 - 14:33
UTOPIE
Aujourd'hui, l'homme a besoin d'une carotte pour avancer comme pour l'âne, cette carotte c'est le système monétaire (richesse illusoire) mais qui fait tourner le monde. Les fondements de la société humaine sont basés sur le système de classes sociales où il faut bien qu'il y ait des travailleurs/pauvres (dominés) et des patrons/riches (dominants), sans quoi personne ne produirait rien et retour à la pré-histoire où l'homme était un chasseur cueilleur dépendant de la Nature.

Conclusion: Peut être qu'un jour et avant qu'il ne soit trop tard, la société humaine sera devenue tellement altruiste et suffisamment intelligente pour faire de ce monde un vrai paradis pour tous les êtres vivants : animaux dont l'homme, végétaux, minéraux, etc.

RICO   -   2016-10-13 - 13:14
Héritage : Pour un plafonnement
Bonjour,

Héritage : Pour un plafonnement, je pense que la vraie solution est à rechercher ailleurs que dans le plafonnement de l'héritage, je pense que le problème vient de la construction de la société et surtout de la nature humaine elle-même qui n'est pas basée sur une logique rationnelle de partage avec ses semblables, ce qui est le cas dans la nature, les animaux ne partagent pas non plus avec leur semblable sauf avec leur progéniture (leur descendant).

Cordialement.
Rico


Page : Précédente  1  2  3 4  5  6  7  Suivante  Dernière





Accueil     Forum des Toupinautes     Haut de page