La Toupie   >   Forum des Toupinautes > Ecologie et politique


 Forum des Toupinautes 

Forum : Ecologie et politique

(39 messages)

Voir les conditions d'utilisation du Forum des Toupinautes

Présentation du forum :

Extrait du Toupictionnaire :
L'écologie est la science qui étudie les milieux et les conditions d'existence des êtres vivants et les rapports qui s'établissent entre eux et leur environnement, ou plus généralement avec la nature.
Définition de l'écologie


Ajouter un message à ce forum

Pseudonyme : Si vous êtes déjà enregistré :
    Pseudo :    Mot de passe :     
L'inscription n'est pas nécessaire. Elle permet cependant de réserver votre pseudonyme et d'être sûr qu'il ne sera pas utilisé par un autre internaute. S'enregistrer

Accès libre :  Pseudo :
    
Titre du message :
Texte :
Votre e-mail : 
(Inutile si vous êtes enregistré, facultatif pour l'accès libre. Non publié)

Page : 1 2  3  4  Suivante 

jean némard   -   2019-05-17 - 16:16
les vaches pètent ?
pour info : je suis originaire du charolais et il y a un peu plus de 50 ans, je passais toutes mes vacances scolaires à travailler à la ferme : je ne me souviens absolument pas avoir vu ni entendu ni senti les vaches péter.
Par contre les chevaux oui et pas qu'un peu.
Si les vaches pètent aujourd'hui ne serait ce pas à cause de ce qu'on leur donne à manger ?
A l'époque dont je parle, elles mangeaient. de l'herbe, du maïs vert , des betteraves coupées en tranches et du foin l'hiver.
Aujourd'hui, je ne sais pas, je ne vois plus les vaches.

jean némard   -   2019-03-22 - 10:07
site jupiter 1000
site jupiter 1000

www.jupiter1000.eu

jean némard   -   2019-03-11 - 15:08
hydrogène et valorisation du CO2
J'arrive après la guerre. ce que j'ai proposé précédemment est déjà en cours de réalisation. : ça s'appelle Jupiter 1000:
Vidéo Jupiter 1000
www.youtube.com/watch?v=w25QSjXOV80


Vesporium   -   2019-02-07 - 20:17
Réponse sur le Sens des Mots
De toute façon, le sens des mots n'a rien d'intrinsèque, c'est censé être un outil pour communiquer, et on est bien sûr censé s'être mis d'accord sur le sens de ces mots. Or ça ne s'est pas vraiment passé comme ça. Je crois que c'est vous qui aviez parlé sur un autre forum (que je ne retrouve pas/plus) que "quand 51% appellent une lanterne une vessie..." ou quelque chose comme ça, non ? C'est aussi le même problème d'expression dont on avait discuté sur le forum "langue dragonne" en juillet. Je pense que ça doit pouvoir s'expliquer avec l'histoire personnelle de la personne, la/le perception/ressentiment/vécu qu'elle a avec un mot. C'est d'ailleurs ça qui a dû provoquer ma réponse un peu tendue sur "tous les problèmes [mis] bien sur un seul mot" (12/10/2018 00h36), d'où l'idée que je proposais dans le troisième paragraphe du 16/09/2018 à 00h00. Je profite de ce message pour vous dire aussi que le site dont je parle dans le forum sur le référendum d'initiative citoyenne n'est ouvert qu'encore deux semaines.

Léon 65   -   2019-02-06 - 20:08
Bonjour Vesporium
Il est en effet fort possible que nous ne mettions pas la même chose derrière les mots "progrès" et "développement". Et je trouve que c'est une bonne chose que vous l'ayez deviné. Je déplore que trop peu de monde aujourd'hui s'interroge sur le sens de ces mots.

Mais pour pouvoir en discuter sérieusement, je pense qu'il vaut mieux avoir lu certains penseurs qui ont approfondi cette question. Je pense de suite à Ivan Illich mais il y en a d'autres.

Vesporium   -   2019-02-01 - 00:44
"Progrès" et Conséquences ?
Pourquoi "saccager" serait-il du "progrès" ? "Une énergie abondante, illimitée et gratuite, et propre par dessus le marché" nous conduirait-elle nécessairement à "exploiter[...] la totalité des ressources", "produire", "bétonner", "goudronner", "saccager" encore plus qu'aujourd'hui ?
Je pense que ça dépend aussi voire surtout d'autres choses. En tout cas, ne pas l'avoir aujourd'hui n'empêche déjà pas tout cela. Vous parliez le 27/10 de la situation en France, et aux Etats-Unis, voyez le tout nouveau président du Brésil, un certain Jair B. (spoiler : vous allez sûrement détester ses prises de position).
Bon en fait je pense que nous ne mettons juste pas la même chose derrière le mot "progrès" ni peut-être "développement" d'ailleurs. En tout cas, totalement d'accord sur la dangerosité de tout ce qui (essaye de) s'impose(r) comme sacré ou "sacro-saint".

Léon 65   -   2019-01-26 - 17:43
Mieux que l'hydrogène, le Cosmogol 999 !
En admettant que nous trouvions la pierre philosophale... et que nous disposions d'une énergie abondante, illimitée et gratuite, et propre par dessus le marché... en quoi serions-nous plus avancés ?
De mon côté je dis que ce serait une catastrophe. Nous exploiterions alors la totalité des ressources (qui se tarissent), nous produirions, nous bétonnerions, goudronnerions, saccagerions etc. encore plus qu'aujourd'hui.

NON ! Le progrès, notre sacro-saint Progrès, ne résoudra ni nos problèmes énergétiques ni nos problèmes écologiques !


jean némard   -   2019-01-21 - 11:14
hydrogène et valorisation du CO2
ça avance:
://www.lesechos.fr/10/11/2015/LesEchos/22063-112-ECH_air-
liquide-ouvre-une-unite-de-
captage-de-co2-en-seine-maritime.htm

://www.rtl.fr/actu/debats-societe/air-liquide-parvient-a-capter-
le-co2-par-le-
froid-7780431711
://www.clubic.com/mag/environnement-ecologie/actualite-
846033-climeworks-aspirateurs-
co-installent-italie.html
//magazinemci.com/2018/10/24/nouvelle-usine-de-recuperation-
de-co2-dair-liquide/
Par: Magazine MCI
//www.objetconnecte.net/co2-air-transforme-carburant/
://www.franceinter.fr/emissions/planete-environnement/planete-
environnement-05-juin-2017

//www.avere-france.org/Site/Article/?article_id=6
://www.avere-france.org/Site/Article/?article_id=6










jean némard   -   2018-12-27 - 11:36
des taxis. à hydrogène existent à paris depuis 2015
.liberation.fr/futurs/2015/12/08/une-premiere-cinq-taxis-
roulent-a-l-hydrogene-dans-
paris_1419134
Une première :
cinq taxis roulent à l'hydrogène dans Paris, par Richard Poirot — 8 décembre 2015 à 11:27
Mathieu Gardies, de la compagnie Step, devant un des cinq taxis
fonctionnant à l'hydrogène lancés ce mardi dans Paris. Photo Eric
Piermont. AFP

Ces voitures sont équipées de piles à combustible, une technologie
encore très peu déployée. Derrière cette opération : Air Liquide,
leader mondial
de la fabrication de ce combustible.
• Une première : cinq taxis roulent à l'hydrogène dans Paris
Ils sont bleus avec quelques nuages blancs imprimés sur les flancs et
le capot avant. Les cinq nouveaux taxis de Step (Société du taxi
électrique parisien), jeune compagnie parisienne, évoquent le grand
air et la pureté, reflets du ciel au-dessus d’eux, SUV à l’empreinte
carbone qui se veut invisible. C’est le message : ces Hyundai ix35
équipés de piles à combustible sont les porte-étendards d’une
motorisation dite propre, cinq voitures roulant à l’hydrogène et
crachant de la vapeur d’eau. «On est prêt, les taxis seront dans les
rues mardi matin», assure le patron de la start-up, Mathieu Gardies.
La maire de Paris, Anne Hidalgo, s’était déplacée lundi après-midi
pour inaugurer la première station d’hydrogène installée à Paris,
cours Albert-Ier, près du Pont de l’Alma
(VIIIe arrondissement), en compagnie des responsables de la start-
up, du groupe Air Liquide qui a installé la pompe et des représentants
de Hyundai France, premier constructeur à commercialiser ces
véhicules.
PUBLICITÉ
inRead invented by Teads
L’initiative est inédite : les voitures propulsées à
l’hydrogène ne courent pas les rues. Le coréen en a vendu 250 en
Europe... et sept en France, dont cinq sont désormais flanqués d’un
lumineux sur le toit. Les deux

autres sont la propriété de la société Air Liquide. Le Conseil général
de la Manche s’est également porté acquéreur d’une petite flotte pour
ses agents et sera livré début janvier.
Le marché est donc balbutiant, pour deux raisons. L’infrastructure
n’existe pas : il n’y a que sept stations à hydrogène en France, et «à
usage privé», précise un porte-parole de Hyundai. Deuxièmement, le
coût de la voiture est très élevé, en raison de la présence de platine
dans la pile à combustible et de la nécessité d’équiper les véhicules
d’un réservoir ultrarésistant, capable de supporter 700 bars de gaz.
«La bonbonne est constituée de deux doubles peaux, en carbone et
en aluminium», précise Hyundai. Résultat : la ix35 à hydrogène est
annoncée à
66 000 euros, alors que sa version thermique est deux fois moins
chère.
Petite centrale
«On assume le surcoût», assure Mathieu Gardies. Le patron de la
start-up cherchait depuis cinq ans à lancer une compagnie de taxis à
énergie propre. Son premier choix s’était porté sur les voitures
électriques à batterie, une piste vite abandonnée «pour des raisons
opérationnelles». L’autonomie est encore trop faible pour permettre à
une voiture «plug in» de faire le taxi une journée entière sans passer
par une borne de recharge, où le temps de chargement de plusieurs
heures plombe le modèle économique. La voiture à hydrogène résout
cette impasse. La pile à combustible est une petite centrale qui
produit sa propre électricité et l’autonomie dépasse les 500
kilomètres.
Mais encore fallait-il une station dans Paris. Ce qu’a autorisé la
mairie. «Nous sommes à vos côtés» a assuré Anne Hidalgo, qui a
souhaité que ce lancement se fasse lors de la COP21, «au moment où
tous les projecteurs sont

braqués sur Paris». Un souci de la communication que ne pouvait
qu’approuver Air Liquide, maillon porteur dans ce projet. Leader
mondial dans la fabrication et la fourniture d’hydrogène, le groupe va
installer dans les prochains mois trois stations à hydrogène en région
parisienne, près des deux aéroports d’Orly et de Roissy, et un autre à
l’ouest de la capitale.
Voilà des années qu’Air Liquide se fait le promoteur de cette énergie,
sans grand succès en France. Les deux constructeurs nationaux,
Renault et PSA, ne misant plus sur cette technologie. «A moins qu’il y
ait une rupture technologique permettant de se passer du platine
dans la pile, je ne vois pas comment on pourra faire baisser le prix
d’une voiture à hydrogène», nous avoue un cadre de Renault, qui a
travaillé sur la pile à combustible au début des années 2000. Par
ailleurs, à l’usage, l’hydrogène est à peine moins cher que l’essence
ou le diesel, alors qu’il n’est pas taxé.
«Pas de nuisances sonores»
Air Liquide espère pourtant un changement de stratégie des
constructeurs français et compte sur les annonces de lancement
d’autres constructeurs étrangers. Tout en vantant l’apport
environnemental de son combustible. La fabrication d’hydrogène est
consommatrice d’énergie, mais le groupe assure que 50% de cette
production est aujourd’hui décarbonée, grâce notamment à
l’utilisation d’énergie renouvelable.
Reste à en faire la promotion auprès du grand public. Et quoi de
mieux que le transport de personnes. «Il n’y a pas mieux vendeur
qu’un chauffeur de taxis», assure Xavier Pontone. Directeur général
d’Air Liquide Advanced Business, il est aussi administrateur de Step -
Air Liquide étant actionnaire minoritaire de la start-up. «Les gens
vont pouvoir en profiter, voir ce qu’une voiture apporte

en confort de conduite, sans nuisances sonores.» Objectif avoué :
diffuser la mobilité à hydrogène, faire en sorte qu’elle soit partagée
et, si possible, adoptée par le grand public. Step vise les 70 taxis à
hydrogène en 2016 et «plusieurs centaines» les années suivantes. De
quoi propager la bonne parole


jean némard   -   2018-12-27 - 11:25
Valorisation du CO2 et carburant propre
Et si on combinait les 2 pour assurer une transition écologique en attendant de trouver mieux :
Construction d’une usine à hydrogène au USA pour voitures à hydrogène :
actualites/usa-une-usine-air-
liquide-pour-les-voitures-a-pile-a-combustible

Valorisation du CO2:
lejournal.cnrs.fr/articles/ces-chimistes-a-lassaut-du-co2



Page : 1 2  3  4  Suivante 





Accueil     Forum des Toupinautes     Haut de page