La Toupie  >  Textes  >  La République en otage

La République en otage

L'UMP s'approprie les républicains




Le 5 mai 2015, à la quasi-unanimité, le bureau politique de l'UMP a finalement validé le nouveau nom de l'UMP, "Les Républicains", qui sera soumis au vote des adhérents le 28 et 29 mai.

Ce nouveau nom soulève beaucoup de questions. A vous de choisir parmi quelques réponses possibles.

Pourquoi changer de nom ?
  • Pour échapper au fameux UMPS si souvent scandé par le Front National.

  • Pour faire oublier les diverses casseroles que traîne l'ancien parti (UMP), les affaires Bygmalion et celle du financement libyen en particulier.

  • Pour faire oublier le retour raté de Nicolas Sarkozy en politique et occuper la scène médiatique.

Ce nouveau nom n'est-il pas surprenant ?
  • Pourquoi la droite souhaite-t-elle maintenant cajoler la République alors qu'elle l'a longtemps appelée "la Gueuse" et voulait la pendre lorsqu'elle rêvait encore d'un retour à la monarchie.

  • Surprenant encore pour le parti le plus bonapartiste de France qui aspire à être guidé par un homme providentiel.

De quoi républicain est-il le nom ?
  • Le républicain social est le nom d'un petit oiseau passereau d'Afrique qui vit en communauté dans des nids géants composés de plusieurs logements. L'UMP veut sans doute retrouver l'esprit soixante-huitard des communautés hippies ?

  • Dans les années 1830 - 1850, le mot républicain est souvent synonyme d'athée, voire de débauché.

  • Un vibrant hommage aux républicains espagnols écrasés par le putsch du camp nationaliste et fasciste du général Franco, il y a près de 80 ans. Pourquoi pas ? Nicolas Sarkozy, qui s'est dit l'héritier de Jean Jaurès et a invoqué Léon Blum et Guy Moquet (militant communiste) pendant la campagne présidentielle de 2007, n'en est plus à une contradiction près.

  • Une analogie avec le Parti républicain des Etats-Unis, aux thèses très libérales et conservatrices. C'est sans doute le plus vraisemblable de la part de celui qui a été le président le plus atlantiste de la cinquième République. "Ça fait un peu américain, non ? " a commenté Henri Guaino, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy lorsqu'il était à l'Elysée.

Que deviennent ceux qui ne se reconnaissent pas dans le parti de Nicolas Sarkozy ?
    "Sarko veut voler la République, carrément. Elle est à tout le monde, mais il la veut pour lui tout seul. Tous les républicains ne sont pas ses amis, n'importe, il tient à les enrôler dans son nouveau parti. Patron des républicains, il se rêve. Que deviendront ceux qui ne veulent pas en être ? Des antirépublicains, des monarchistes, des fascistes ?"
    Le Canard Enchaîné - 29 avril 2015 - Le casse(-toi) du siècle

Dans l'enseignement des valeurs républicaines à l'école, comment être certain qu'il n'y aura pas d'amalgames et de confusions avec celles du parti de droite ?


De quoi "les Républicains" vont-ils devenir le nom ?
    Les détournements fleurissent déjà sur Internet : les Ripoublicains, Les Républingblingains, les puréblicains, LR : la Ligue Réactionnaire, etc.

D'une manière générale, la droite française n'aime pas se regrouper derrière la bannière d'un parti, elle préfère se ranger derrière une autre terminologie : rassemblement, union, front, mouvement. Cela revient au même, mais permet d'attirer les voix des électeurs sans leur donner l'impression de trop s'engager. Mais, cette fois-ci, la droite tente de faire un hold-up sur l'ensemble de la République avec l'article "Les". Alors, rien ne nous interdit de les appeler "Une partie des républicains" ou tout simplement LR, ce qui permettra au Front National de remplacer son fameux "UMPS" par "LRPS" (prononcé L'herpès).


Pierre Tourev, 07/05/2015



Accueil     Textes     Haut de page