La Toupie  >  Textes  >  Apocalypse No ?

Apocalypse No ?


La croissance démographique

par Michel Traisnel




Pour des raisons, autres que de mystérieux oracles, les illuminés qui annoncent régulièrement la fin du monde, … "pour demain !" finiront bien par avoir raison.


Je vais m’efforcer dans ce qui va suivre, de démontrer que, malheureusement, le processus d’auto-destruction de la planète est en marche et que rien, ni personne ne pourra l’endiguer.

Je ne prétends pas me livrer à une analyse scientifique de l’état de notre belle terre, d’autres que moi, beaucoup plus qualifiés, s’y consacrent inlassablement et brossent un tableau peu rassurant.

La seule chose que je reprocherai aux spécialistes de la question, c’est de ne pas prendre plus de recul et de céder à la propension naturelle d’aller directement à la solution, avant même d’avoir posé le véritable problème. Chacun, en effet, maîtrisant sans doute son sujet, et n’hésitant pas à faire état de "SA" vérité, en proposant "LE" remède au problème posé.
Chaque problème est présenté isolément par chaque intervenant, et s’il est bien exposé au demeurant, il n’en reste pas moins qu’il ne s’agit que du constat d’une situation, sans recherche préalable de la cause ayant provoqué cette situation.


Avant de poursuivre la lecture de ce qui suit, je souhaite que le lecteur retienne seulement deux chiffres :

En 1930, la planète comptait 2,5 milliards d’individus.
Elle en compte désormais 6,5 milliards.

Ces chiffres, émanant de l’INED (Institut national d’études démographiques), démontrent que la population du globe a pratiquement triplé en à peine quatre-vingts ans, soit "depuis hier, à l’échelle de la vie sur terre !".

Vous aurez compris que toute ma réflexion restera axée sur ce paramètre capital :

La démographie

et sa croissance galopante, pour ne pas dire débridée !




Examinons maintenant, chacun des critères qui concourent à l’anéantissement de toute vie sur la planète ………………..


Télécharger le texte au format PDF (9 pages) Apocalypse No !


Michel Traisnel, avril 2009




Accueil     Textes     Haut de page