La Toupie  >  Dictionnaire  >  Syllogisme

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Syllogisme



Définition de syllogisme


Etymologie : du latin syllogismus, syllogisme, dérivé du grec ancien sullogismos, inférence, conclusion, lui-même composé de sun, avec, et de logos, discours, parole.

En philosophie et en logique, le terme syllogisme désigne un mode de raisonnement rigoureux constitué de trois propositions : deux prémisses énoncées comme vraies (la majeure et la mineure avec un terme moyen contenu dans chacune des prémisses) et une conclusion. Cette dernière découle par déduction, de manière logique, de la première prémisse, la plus générale, à l'aide de la seconde. Le syllogisme a été exposé pour la première fois par le philosophe grec Aristote (385-322 avant JC).
Synonymes : déduction, argumentation, démonstration, raisonnement.

Exemple :
  • Majeure : Les chiens sont des mammifères.
  • Mineure : Les caniches sont des chiens.
  • Conclusion : les caniches sont des mammifères.

Traduit dans le langage de la logique, le syllogisme est constitué d'implications dont la conclusion est la conjonction des deux prémisses :
    Si B implique A (majeure) et si C implique B (mineure), alors C implique A (conclusion).

La validité d'un syllogisme correspond à la validité de sa forme, mais cela ne signifie pas que sa conclusion soit vraie. Il est dit concluant s'il est valide et si les prémisses sont vraies.
Exemple d'un syllogisme valide formellement, mais non concluant :
  • Majeure : Les chiens sont des oiseaux.
  • Mineure : Les caniches sont des chiens.
  • Conclusion : les caniches sont des oiseaux.

Par extension et avec un sens péjoratif, un syllogisme est un raisonnement formel, très rigoureux, qui fonctionne sur lui-même, sans lien avec la réalité.
Synonymes : argutie, ratiocination.

La syllogistique est l'étude, la science ou la théorie du raisonnement par syllogismes. Elle est l'ancêtre de la logique mathématique moderne.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page