La Toupie  >  Dictionnaire  >  Sophisme

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Sophisme



Définition de sophisme


Etymologie : du latin sophisma, sophisme, venant du grec ancien sophisma, habileté, invention ingénieuse, raisonnement trompeur, dérivé de sophia, sagesse, savoir.

Les sophistes, qui sont à l'origine du mot sophisme, étaient des penseurs de la Grèce antique qui développèrent la rhétorique dont le but était principalement de persuader un auditoire, bien souvent au mépris de la vérité elle-même. Ils ont été réfutés et discrédités par des philosophes comme Aristote, Socrate, Platon, Bacon, Mill ou Bentham.

Un sophisme est un raisonnement fallacieux, malgré une apparence de vérité, qui est délibérément conçu pour tromper ou faire illusion. Il peut cependant être utilisé intentionnellement pour montrer les limites des règles logiques ou les difficultés à les manier en créant un illogisme ou une antinomie.
Synonymes : aberration, illusion.

Le sophisme se distingue du paralogisme qui est une erreur involontaire dans un raisonnement sans intention d'induire en erreur.

Présenté comme une démonstration rigoureuse et logique, parfois comme un syllogisme, un sophisme est en réalité faux car incomplet ou ambigu. Il est constitué d'une ou plusieurs prémisses vraies ou prétendues vraies, agencées dans un raisonnement séduisant mais erroné, qui ne respecte pas les règles de la logique, même si la conclusion est vraie. Les sophismes sont difficiles à réfuter si l'on ne maîtrise pas la logique.

Exemple 1 :
Tout ce qui est rare est cher,
Un cheval bon marché est rare,
Donc un cheval bon marché est cher.

Exemple 2 :
Un lièvre qui se trouve en A court après une tortue située en B1 et va dix fois plus vite qu'elle.
Quand le lièvre arrive en B1, la tortue a avancé et se trouve en B2.
Quand le lièvre arrive en B2, la tortue a avancé et se trouve en B3.
Et ainsi de suite...
Conclusion, le lièvre ne peut jamais rattraper la tortue.


John Stuart Mill (1807-1873), philosophe empiriste et économiste anglais, a défini une classification des sophismes en 4 groupes :
  • sophisme de simple inspection ou sophisme a priori lorsque la proposition est acceptée par tous et ne nécessite aucune preuve.
  • sophisme d'observation où l'on tire des conclusions erronées à partir d'une négligence de faits particuliers ou d'une mauvaise observation.
  • sophisme de généralisation où, à partir d'un seul ou quelques cas particuliers, on généralise, sans avoir analysé l'ensemble des cas ou à défaut un échantillon représentatif.
  • sophisme par confusion où l'on aboutit à une conclusion erronée à partir d'une mauvaise interprétation et appréciation des preuves.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page