La Toupie  >  Dictionnaire  >  Sondage

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Sondage


"Un des effets principaux que produisent les sondages, c'est d'imposer aux gens des questions idiotes ou des questions qui n'intéressent que ceux qui les posent. Comme les gens sont polis, en général, ils répondent. Par le fait de poser certaines questions naïves, on produit des réponses artificielles, on produit des artéfacts... Même quand les gens répondent, cela peut n'avoir aucun sens, car n'importe qui peut dire oui ou non, même à des questions qu'il ne comprend pas ou qu'il ne se pose pas."
Pierre Bourdieu- Antenne 2 - 16 janvier 1986


Définition de sondage


Etymologie : de l'anglo-saxon sund, sonder.

Le verbe sonder signifie :
  • chercher à connaître, au moyen d'outils appropriés, la profondeur d'une étendue d'eau, d'une mer, d'une rivière, ou la nature d'un fond aquatique.
  • enfoncer ou introduire un instrument dans quelque chose, pour en déterminer les propriétés physiques, souvent par forage. Ex : sonder un sous-sol, un mur.
  • au sens figuré, chercher à connaître les dispositions, les opinions, les intentions de quelqu'un.

Un sondage est l'action de sonder ainsi que le résultat de cette action.

En statistique, un sondage est une enquête réalisée sur une population donnée, humaine ou non, pour en mesurer ses caractéristiques concernant un sujet précis. Il est réalisé selon une méthode statistique auprès d'un échantillon représentatif de la population. Utilisé couramment dans les sciences humaines, le sondage permet d'obtenir des renseignements d'ordre statistique en extrapolant à l'ensemble de la population les résultats obtenus avec l'échantillon.
Synonymes : enquête, recherche, mesure, investigation.

Le sondage d'opinion est l'application de la technique du sondage à une population humaine, visant à obtenir des renseignements statistiques ou à évaluer leur opinion ou leur préférence sur une question prédéfinie. Il est conduit auprès d'un sous-ensemble de personnes considérées comme représentatives du corps social que l'on veut étudier (consommateurs, usagers, électeurs, etc.).

Les sondages d'opinion ont d'abord été des techniques de marketing utilisées pour connaître les attentes supposées des consommateurs, puis se sont rapidement étendus à des questions politiques avant la Seconde Guerre mondiale. Le premier institut de sondage (American Institute of Public Opinion) a été créé en 1936 par le journaliste G.H. Gallup en vue de l'élection présidentielle aux Etats-Unis. En France, l'Institut Français d'Opinion Publique (IFOP) a été fondé par Jean Stoetzel en 1938. L'utilisation des sondages en politique s'est fortement développée depuis la fin des années 1960, et pas uniquement en période pré-électorale.

Exemples de comportements que cherchent à mesurer les sondages :
En France, la fabrication et la diffusion des sondages d'opinion en période électorale sont régies par la loi n° 77-808 du 19 juillet 1977, modifiée le 20 février 2002. Elle vise notamment à protéger la libre détermination des électeurs d'une influence trop forte des sondages. Leur publication est interdite "la veille de chaque tour de scrutin ainsi que le jour de celui-ci" (la période d'interdiction était d'une semaine entre 1977 et 2002).

L'utilisation abusive des sondages pour fabriquer des programmes politiques ajustés à une interprétation des attentes du peuple et imposer une vision du monde a été dénoncée par des sociologues comme Pierre Bourdieu (1930-2002) ou Patrick Champagne (Faire l'opinion, le nouveau jeu politique, Editions de Minuit, 1990). L'impartialité des entreprises de sondages et marketing, détenues par de grands groupes financiers proches des hommes politiques est parfois remise en cause.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page