La Toupie  >  Dictionnaire  >  Rébellion

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Rébellion




Définition de rébellion


Etymologie : du latin rebellare, reprendre les hostilités, se révolter, se soulever, s'insurger, résister, s'opposer, lui-même composé du préfixe re, préfixe de retour en arrière, à nouveau, et de bellare, faire la guerre, combattre.

La rébellion est l'action de se rebeller, de se révolter contre quelque chose. C'est un soulèvement, une résistance ouverte aux ordres d'une autorité, d'un Etat, d'un ordre établi. Le rebelle est celui qui fait acte de rébellion.

Le terme "rébellion" désigne aussi l'ensemble des rebelles, des personnes en état de révolte.

Au sens figuré la rébellion est une attitude d'opposition, d'indiscipline.
Ex : un esprit de rébellion chez des intellectuels.


La rébellion a pour origine un sentiment d'indignation et de réprobation face à une situation. Elle se manifeste par le refus actif de se soumettre ou d'obéir à une autorité. Individuelle ou collective, organisée ou non, elle peut prendre de nombreuses formes : En droit, une rébellion est un acte qui consiste à s'opposer par la force ou par voie de fait à l'exécution d'un ordre de l'autorité administrative ou de l'autorité judiciaire légitimes. Elle est définie par l'article 433-6 du Code pénal :
"Constitue une rébellion le fait d'opposer une résistance violente à une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public agissant, dans l'exercice de ses fonctions, pour l'exécution des lois, des ordres de l'autorité publique, des décisions ou mandats de justice."

Les mots "rébellion" et "révolte" ont un sens assez proche. Le premier a un usage plus soutenu et est dirigé contre une autorité. Le "Dictionnaire universel des synonymes de la langue française" (1839) fait la distinction suivante :
"Rébellion marque la désobéissance et le soulèvement ; révolte, la défection et la perfidie. Le rebelle s'élève contre l'autorité qui le presse ; le révolté s'est tourné contre la société à laquelle il était voué. La rébellion a un motif apparent, la contrainte exercée par l'autorité ; il n'y a pas de motif apparent dans la révolte, effet d'une inconstance effrénée. L'objet du rebelle est de se soustraire ou d'échapper à la puissance ; l'objet du révolté est de renverser et de détruire la puissance et les lois qu'il a reconnues. La rébellion fait la résistance ; la révolte fait une révolution. La rébellion secoue le joug, la révolte le brise."



Accueil     Dictionnaire     Haut de page