La Toupie  >  Dictionnaire  >  Présidentialisation

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Présidentialisation



Définition de présidentialisation


Etymologie : de président, venant du latin praesideo, être posté devant, présider, diriger, composé du préfixe prae, devant, et de sedeo, être assis, en poste.

Le verbe présidentialiser signifie rendre présidentiel ou davantage présidentiel. Un pouvoir présidentialisé est concentré entre les mains du président de la République.

En politique ou en droit constitutionnel, la présidentialisation est la transformation d'un régime politique dans lequel le pouvoir du président de la République est renforcé ou a tendance à s'accroître. Elle est une évolution vers le présidentialisme. La présidentialisation est aussi le résultat de cette action.

Dans un régime parlementaire, la présidentialisation consiste à faire du président de la République le personnage clé de l'Etat en lui conférant un rôle primordial, tandis que le Premier ministre ne fait qu'exécuter la politique de celui-ci.


En France

La présidentialisation de la Ve République a commencé avec l'élection du président de la République au suffrage universel voulue par le Général de Gaulle en réaction au pouvoir de l'Assemblée nationale et à l'instabilité ministérielle. Décidée par référendum en 1962, elle fait du chef de l'Etat, selon Michel Debré, la "clé de voûte" des institutions.

Tempérée par les périodes de cohabitation, elle s'est consolidée avec les réformes de 2000 qui ont introduit le quinquennat, la concomitance des élections présidentielles et législatives et l'ordre des deux scrutins. En effet, le positionnement de l'élection présidentielle avant celle de l'Assemblée nationale (inversion du calendrier) n'a fait qu'accroître l'enjeu de la désignation du Président.

En outre, le rôle croissant joué par les médias et par les sondages d'opinion dans la vie publique a contribué à cette évolution de la Ve République. Avec l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy en 2007, la Ve République a connu un renforcement du rôle du président, parfois qualifié d'hyperprésidentialisme, notamment du fait d'une campagne présidentielle très personnalisée, d'une élection relativement nette et d'un taux élevé de participation.


critiques faites à la présidentialisation :
  • le Président de la République n'est plus le président de tous les Français, mais le chef de la majorité.
  • il est à la fois le chef de l'Etat et le véritable chef de gouvernement.
  • l'Assemblée nationale a tendance à être marginalisée, et à devenir une chambre d'enregistrement de la politique décidée à l'Elysée (ironiquement appelé le château).
  • l'absence de contrôle et donc de responsabilité politique du Président de la République.
  • la tendance à la confusion des pouvoirs exécutif et législatif.
  • une dérive autocratique.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page