La Toupie  >  Dictionnaire  >  Obscurantisme

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Obscurantisme


"Gardons-nous d'imaginer des tendances aux progrès, des principes directeurs, des élans vitaux ou autres entéléchies : là où l'ombre persiste encore dans le royaume de la science, on doit se défier avant tout de l'"obscure clarté" qui tombe des métaphysiques."
Jean Rostand - L'homme, 1941


Définition d'obscurantisme


Etymologie : dérivé de obscurant, issu du latin obscurus, obscur, sombre, ténébreux, noir, avec le suffixe -isme, servant à former des mots correspondant à une attitude, un comportement, une doctrine, un dogme, une idéologie ou une théorie.

L'obscurantisme désigne, de manière péjorative, une attitude, une opinion ou une doctrine, considérée comme rétrograde, opposée à la diffusion des connaissances, de l'instruction et de la culture, ainsi qu'au progrès de la raison dans les domaines de la science, de la morale et de la vie quotidienne, en particulier pour le peuple. Un obscurantiste s'oppose, en particulier, à la propagation des nouvelles théories scientifiques.
Synonyme : ignorantisme.

L'obscurantisme est fréquemment associé au Moyen Age, à la période de l'Inquisition et des autodafés. Au siècle des Lumières, il a été combattu par les penseurs et philosophes qui prônaient le progrès général dans le comportement humain, y compris dans le domaine politique, par la diffusion la plus large possible de toutes les connaissances. Ils s'opposaient ainsi aux superstitions et aux croyances perpétuées par la domination de l'Eglise.

Au XIXe siècle, le terme obscurantisme est utilisé pour caractériser les idées des adversaires de l'esprit des Lumières qui s'opposaient, notamment, à la diffusion de l'instruction parmi le peuple.


Par extension et par analogie, le terme obscurantisme est utilisé pour qualifier le refus d'adopter un comportement progressiste, ouvert et tolérant, dans un domaine particulier



Accueil     Dictionnaire     Haut de page