La Toupie  >  Dictionnaire  >  Objection de conscience

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Objection de conscience



Définition de l'objection de conscience


Etymologie : du latin objectare, mettre devant, jeter devant, opposer, exposer (à un danger), reprocher.

L'objection est ce que l’on objecte, ce que l’on oppose à une affirmation, à une proposition, à une demande. (Ex : Faire une objection).

L'objection de conscience désigne le refus d'accomplir ses obligations militaires (Service militaire, enrôlement) en s'appuyant sur des opinions philosophiques, politiques, morales ou religieuses qui prônent le respect de la vie humaine. L'objection de conscience est un acte personnel qui doit être distingué de l'insoumission.

En France, le Code du service national, lorsqu'il était en vigueur, permettait aux objecteurs de conscience d'effectuer un service civil ou militaire non armé, mais deux fois plus long que le service militaire dans une unité armée (loi du 29 mars 1984). Le service civil pouvait avoir lieu au sein d'une administration, d'une collectivité locale ou d'une association à but non lucratif et à vocation sociale ou humanitaire.

.Plus généralement, l'objection de conscience est le refus de se soumettre à l'autorité de l'Etat ou d'accomplir certains actes allant à l'encontre des convictions personnelles. Pour certains objecteurs de conscience, la soumission aux ordres ne peut être absolue. Ceux-ci doivent être confrontés aux convictions personnelles.

Exemples de mouvements ou religions pouvant être à l'origine d'objection de conscience :


Accueil     Dictionnaire     Haut de page