La Toupie  >  Dictionnaire  >  Non-violence

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Non-violence


"La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit l'homme qui la manie. C'est une épée qui guérit."
Martin Luther King


Définition de la non-violence


Etymologie : du latin violens, violent, impétueux, dérivant de vis, la force.

La non-violence est la philosophie, l'attitude politique de ceux qui rejettent l'utilisation de la violence dans la résolution des conflits. Les partisans de la non-violence ont recours à des moyens pacifiques pour promouvoir leurs idées, combattre une injustice ou pour résister à une agression. Ils prônent le respect de l'adversaire et des luttes qui ne portent pas atteinte à son intégrité physique ou morale.

La non-violence est un moyen de sensibiliser l'opinion publique qui contribue à exercer une contrainte sur l'adversaire pour l'amener à négocier.

L'attitude de non-violence présuppose que ce sont les situations de violence, ainsi que l'injustice et le non-respect de l'adversaire, qui engendrent des réactions violentes. Elle s'appuie sur les ressorts psychologiques qui empêchent un adversaire, face à l'opinion publique, de paraître lâche en ayant recours à la force contre des personnes désarmées.

L'origine de la non-violence remonte à des enseignements dispensés dans certaines religions comme le bouddhisme ou le jaïnisme. Elle a été popularisée au début des années 1920 par Mahatma Gandhi (1869-1948) pour la libération de l'Inde de la tutelle anglaise et l'abolition des castes, puis par Martin Luther King (1929-1968) et le mouvement des droits civiques aux États-Unis.

Exemples d'actions non-violentes :


Accueil     Dictionnaire     Haut de page