La Toupie  >  Dictionnaire  >  Instruction publique

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Instruction publique


"Plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont difficiles à surprendre [...] même sous la constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave."
Condorcet - Cinq Mémoires sur l'instruction publique


Définition de l'instruction publique


On appelle "instruction publique", l'instruction que l'Etat dispense à l'ensemble du public, en grande partie obligatoire et gratuite. Elle s'oppose à l'enseignement privé.

L'expression est apparue pendant la Révolution française, utilisée par les partisans de la prise en main par l'Etat des questions d'enseignement qui considéraient que l'instruction devait être publique, et donc financée et encadrée par l'Etat. En effet, jusqu'alors, l'éducation des enfants se faisait soit dans des établissements religieux, soit par des précepteurs pour les plus riches.

En 1791, l'Assemblée législative crée le Comité de l'instruction publique et charge Condorcet (1743-1794) de lui présenter un rapport et un projet de décret sur l'organisation générale de l'instruction publique. Mais cette présentation, ayant lieu le jour même de la déclaration de guerre de la France au "roi de Bohême et de Hongrie", n'est pas suivie d'effet. Les idées très novatrices de gratuité, d'obligation, de laïcité et d'universalité de l'enseignement que défend Condorcet ne seront mises en application qu'un siècle plus tard.

Sous la Convention, un Comité d'instruction publique sera à l'origine de la création des écoles centrales et de la création ou de la réorganisation des grandes écoles, comme l'Ecole Polytechnique, le Conservatoire national des arts et métiers ou l'Ecole normale supérieure.

Napoléon Ier met en place un réseau de lycées avec un encadrement de type militaire pour "former l'élite de la nation", mais ce n'est qu'en 1881-1882, avec Jules Ferry, que l'instruction primaire a pu devenir laïque, gratuite et obligatoire.


Le ministère de l'Instruction publique

En France, depuis la Révolution Française jusqu'au gouvernement Herriot en 1932, le ministère de l'Instruction publique était le nom de l'actuel ministère de l'Education nationale. Il avait pour objectif d'organiser un réseau d'écoles publiques devant remplacer à terme l'instruction locale donnée principalement par des religieux.

L'Instruction publique était placée sous l'autorité du ministre de l'Intérieur jusqu'en 1824, date à laquelle fut créé un ministère des affaires ecclésiastiques et de l'instruction publique, ces deux administrations cohabitant de manière presque continue jusqu'en 1908.

L'opposition entre éducation nationale et instruction publique est explicitée par Samuël Tomei (1) : "sa théorisation date de la Révolution française avec, d'un côté, les tenants d'un modèle spartiate visant à former l'enfant dans sa totalité au sein d'une école assurant une éducation égalitaire et communautaire, et, de l'autre, ceux qui, tel Condorcet, estiment que l'éducation revient à la famille quand le rôle de l'école doit se limiter à l'instruction, à l'inculcation des éléments. Distinction schématique mais éclairante, opératoire, que les pères de l'école de la Troisième République vont brouiller en prônant une éducation libérale nationale sans pour autant rompre avec l'instruction publique de Condorcet."
(1) "Instruction publique ou éducation nationale ? L'enseignement de la Troisième République" 19/01/2009



Accueil     Dictionnaire     Haut de page