La Toupie  >  Dictionnaire  >  Découpage électoral

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Découpage électoral



Définition de découpage électoral


Etymologie : découpage, composé du préfixe de, idée de renforcement, et du bas latin colpus, coup, issu du latin classique colaphus, coup de poing, soufflet.

Le découpage est l'action de découper, de partager en morceaux à l'aide d'un objet coupant.
Au sens figuré le découpage est l'action de sérier, de séparer des choses semblables.
Synonymes : fractionnement, fragmentation, scission, segmentation, coupe, débitage, dépècement, dépeçage, équarrissage.


On appelle "découpage électoral", la division d'un territoire en plusieurs circonscriptions électorales. C'est aussi le mécanisme qui conduit à cette subdivision, destinée à favoriser l'expression des citoyens par le vote.

En France, le mécanisme du découpage électoral est utilisé pour les élections législatives, les élections sénatoriales et les élections au Conseil départemental. Prévu par le code électoral, il doit garantir une égalité des citoyens devant le suffrage, ainsi que le Conseil constitutionnel l'a précisé en 1986 : "L'Assemblée nationale, désignée au suffrage universel, doit être élue sur des bases essentiellement démographiques", en indiquant que la délimitation des circonscriptions électorales ne doit "procéder d'aucun arbitraire".

Du fait de l'évolution de la population dans le temps et dans l'espace, le découpage électoral doit être revu régulièrement de façon à maintenir un nombre d'électeurs par représentant identique dans toutes les circonscriptions. Un redécoupage peut s'avérer délicat si certains partis d'opposition soupçonnent le camp majoritaire de "charcutage électoral" dans le but de les affaiblir lors des prochaines élections. C'est le cas, par exemple, lorsque les circonscriptions sont redessinées de telle sorte que les circonscriptions gagnables par l'opposition le soient avec un maximum d'électeurs d'opposition, ce qui permet de "concentrer" les électeurs de la majorité dans un plus grand nombre de circonscriptions.

Exemple n°1 :
    10 000 électeurs et 10 circonscriptions de 1000 électeurs, deux partis A et B recueillant le même nombre de suffrages.
    • 9 circonscriptions gagnées par le parti A avec 54% des voix soit 4900 voix pour A et 4100 voix pour B
    • 1 circonscription gagnée par le parti B avec 90% des voix, soit 100 voix pour A et 900 voix pour B.
    Chaque parti a obtenu le même nombre de voix, mais le parti B a 9 fois moins de représentants que A.

Exemple n°2 :
    10000 électeurs, 10 circonscriptions de 1000 électeurs, deux partis A et B, le premier recueillant 4000 suffrages et le second 6000.
    • 6 circonscriptions gagnées par le parti A avec 53,3% des voix soit 3200 voix pour A et 2800 voix pour B
    • 4 circonscriptions gagnées par le parti B avec 80% des voix, soit 800 voix pour A et 3200 voix pour B.
    Le parti B perd les élections bien qu'il soit largement majoritaire en nombre de voix.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page