La Toupie  >  Dictionnaire  >  Débouché

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Débouché

Loi des débouchés


"Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut s'implanter partout, exploiter partout, établir partout des relations."
Karl Marx et Friedrich Engels - Le manifeste du parti communiste, 1848


Définition de débouché


Etymologie : du verbe déboucher, composé du préfixe de cessation de- et boucher, de l'ancien français bousche, touffe d'herbe et de paille (qui servait à fermer), d'où est issu le mot bouchon, dérivé du latin populaire bosca, broussailles, faisceau de branchages, d'où est issu bois, bosquet.

Le nom masculin débouché désigne :
  • le passage d'un lieu étroit, resserré, à un lieu plus large, plus vaste, plus ouvert, l'extrémité d'un défilé.
    Exemples : le débouché d'une ruelle, d'une gorge, d'une vallée.
    Synonymes : dégagement, déversoir, échappement, embouchure, estuaire, issue, sortie.
    Cas particulier : intervalle entre les culées d'un pont permettant l'écoulement des eaux.

  • par extension, une issue qui permet le passage d'un endroit à un autre.
    Exemple : la Suisse n'a aucun débouché sur la mer.
    Synonymes : issue, ouverture.

  • au sens figuré, un marché économique considéré comme une cible ou une possibilité d'écoulement ou d'exportation d'un produit.
    Exemple : un secteur d'activité à la recherche de nouveaux débouchés.
    Synonymes : marché, perspective.

  • par extension, la perspective d'emploi, d'avenir professionnel, de carrière qui s'offre à quelqu'un, après des études, une formation ou un diplôme.
    Exemple : une filière professionnelle sans débouché.
    Synonymes : espoir, perspective.

Loi des débouchés

La loi des débouchés est une théorie élaborée par l'économiste Jean-Baptiste Say (1767-1832) selon laquelle le producteur crée une demande en proposant ses produits, offrant ainsi un débouché à d'autres biens pour le montant de sa valeur. Si le producteur propose sa production, c'est pour pouvoir, avec les revenus qu'il en tire, acquérir d'autres produits, créant ainsi des débouchés pour d'autres producteurs, la monnaie n'étant qu'un intermédiaire aux échanges. Selon cette loi, il ne pourrait y avoir de crises de surproduction.
"puisque chacun de nous ne peut acheter les produits des autres qu'avec ses propres produits ; puisque la valeur que nous pouvons acheter est égale à la valeur que nous pouvons produire, les hommes achèteront d'autant plus qu'ils produiront davantage. De là cette autre conclusion que vous refusez d'admettre, que si certaines marchandises ne se vendent pas, c'est parce que d'autres ne se produisent pas ; et que c'est la production seule qui ouvre des débouchés aux produits."
Jean-Baptiste Say - Lettre à Malthus sur l'économie politique et la stagnation du commerce
Cette théorie défendue par les économistes libéraux a été contestée dans l'ouvrage Principles of Political Economy (1820) par l'anglais Thomas Robert Malthus (1766-1834) qui considère que la consommation peut rendre la production inadaptée aux besoins réels par un excès d'épargne. Plus tard, John Maynard Keynes (1883-1946) mettra en avant le rôle moteur de la demande dans la vie économique.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page