La Toupie  >  Dictionnaire  >  Concordisme

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Concordisme


"Alourdies par leur énorme bagage de survivances des temps immémoriaux, se laissant toujours devancer par les conquêtes de la science, les religions sont fatalement vouées à combattre tout d'abord, ce que cent ans plus tard elles seront forcées d'admettre tacitement ou même de prêcher."
Elisée Reclus - 1830 1905


Définition du concordisme


Etymologie : de concorder issu du latin concordare, s'accorder, vivre en bonne intelligence, être d'accord, avec le suffixe -isme, servant à former des mots correspondant à une attitude, un comportement, une doctrine, un dogme, une idéologie ou une théorie.

Le concordisme est le fait d'essayer, au moyen de l'exégèse et de l'interprétation des textes sacrés, d'obtenir une concordance entre les dogmes religieux et les connaissances scientifiques acquises à une époque postérieure à l'établissement de ces dogmes.

A chaque grande nouvelle découverte scientifique qui met en évidence une contradiction dans un dogme religieux ou qui explique par des phénomènes naturels ce qui était autrefois attribué à une manifestation divine ou surnaturelle, les concordistes tentent de faire en sorte que les textes religieux s'accordent avec celle-ci. Cette recherche de cohérence de la religion avec la science, surtout depuis le XIXe siècle, s'opère par de nouvelles interprétations des Ecritures, en attribuant notamment leur manque de précision à l'état "pré-scientifique" de ceux qui les ont rédigées. En effet, les Ecritures étant par définition intangibles, pour obtenir cette concordance, il est nécessaire de "découvrir" dans des passages mystérieux, énigmatiques, poétiques ou même anodins des vérités scientifiques que la divinité aurait révélées aux hommes.
Exemple : Pour la Bible, des épisodes de la Création et du Déluge sont réinterprétés afin d'en faire une présentation scientifique de la géologie et de la paléontologie.

Le concordisme peut aussi être motivé par une volonté de prouver l'existence de Dieu ou de faire du prosélytisme.
Exemple : Pour l'islam, le Coran est réinterprété pour montrer qu'il ne renfermerait aucune contradiction avec la science et qu'en outre, il renfermerait des vérités scientifiques, qualifiées de "miracles", qui n'ont été découvertes que bien plus tard ou même très récemment (Maurice Bucaille, "La Bible, le Coran et la science : les Écritures Saintes examinées à la lumière des connaissances modernes", 1976). Outre une absence de réelle neutralité et de rigueur scientifique, on peut noter que certaines de ces "vérités" étaient connues depuis plus de 500 ans, voire depuis 1000 ans avant la naissance du Coran, par les Romains et Grecs.

Une variante appelée concordisme du "Dieu-bouche-trou" consiste à faire appel au divin pour expliquer les lacunes des théories scientifiques, c'est aussi l'idée que la science peut conduire à la religion.
Exemples : la création divine pour le Big-bang, la précision des constantes universelles.

Par extension, dans le domaine scientifique, le terme concordisme peut aussi être utilisé lorsque, pour éviter qu'une expérience ou un fait observé ne vienne contredire et donc anéantir une théorie scientifique, on procède à des aménagements mineurs de celle-ci, comme la modification d'un postulat auxiliaire.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page