La Toupie  >  Dictionnaire >  Biopiraterie

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Biopiraterie



Définition de biopiraterie


Etymologie : néologisme créé à partir du grec bios, vie, et de piraterie.

Le terme biopiraterie a été inventé en 1993 par Pat Roy Mooney, militant écologiste du Rural Advancement Foundation International (RAFI), avant d'être diffusé par d'autres militants comme Vandana Shiva et des organisations de la société civile.

La biopiraterie (ou biopiratage) est l'utilisation abusive de la biodiversité (végétaux, animaux ou micro-organismes) et des savoirs traditionnels autochtones qui leur sont associés, sans l'autorisation de ces populations. Perçue comme une marchandisation du vivant, la biopiraterie est l'appropriation par un moyen juridique d'une ressource naturelle (alors considérée comme un bien commun ou collectif) au profit d'un groupe ou d'une entreprise commerciale privée au moyen de dépôt de brevets ou de marques.

Vécue par les populations autochtones comme un vol de leurs connaissances ancestrales dans le domaine du vivant, la biopiraterie s'accompagne en particulier de la limitation de l'exploitation de certaines plantes et de l'absence d'une juste rétribution pour les populations autochtones. Elle constitue à la fois une menace sur la biodiversité et sur le travail des petits producteurs locaux.

Ce phénomène est apparu dans les années 1980, dans l'industrie pharmaceutique, de la cosmétique ou de l'agriculture (production de semences) grâce à l'obtention d'un droit exclusif sur les gènes de plantes ou sur les modes d'utilisation de ces plantes, notamment provenant des zones à forte biodiversité où vivent des peuples autochtones qui ont un mode de vie intrinsèquement lié aux ressources naturelles et aux savoirs ancestraux relatifs à leur utilisation.

Exemples :
  • Au début des années 2000, un agriculteur du Texas dépose un brevet pour un type de graines de haricots sélectionnées parmi celles cultivées au Mexique. Il a ensuite pu imposer des taxes sur tous les haricots de ce type exportés du Mexique

  • En 2000, brevet de compagnie DuPont de Nemours sur l'obtention des variétés de maïs à la teneur élevée en acides oléiques, alors que ces maïs existaient à l'état naturel ou avaient déjà été obtenus depuis fort longtemps par sélection.

Selon les industriels, de telles pratiques n'ont plus cours. Seules certaines des propriétés des plantes peuvent être brevetées pour protéger les investissements effectués, mais pas la plante en tant que telle.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page