La Toupie  >  Dictionnaire  >  Groupe de Bilderberg

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Groupe de Bilderberg, Bilderbergers



Définition du Groupe de Bilderberg


Le Groupe de Bilderberg est un groupe d'influence constitué de personnalités de différents pays, issues du monde des affaires, de l'industrie, des finances, des médias, de l'armée et de la politique ainsi que de quelques universitaires. Il est né lors d'une conférence qui s'est tenue en 1954 à l'Hôtel Bilderberg de Oosterbeek (Pays-Bas) à l'invitation du Prince Bernhard des Pays-Bas qui en est le co-fondateur avec David Rockefeller. Depuis, une conférence de 4 jours regroupant environ 120 personnes se tient chaque année dans une ville différente et dans la plus grande discrétion. Aucune conférence de presse n'y est donnée, les discussions ont lieu à huis clos et les participants, que l'on appelle les "Bilderbergers", ne peuvent y prendre des notes ni faire de déclarations à la presse.

L'objectif initial était de renforcer la coopération entre les Etats-Unis et les pays de l'Europe de l'Ouest. Compte tenu du caractère très confidentiel et discret de ses conférences, le groupe de Bilderberg a souvent été considéré comme une société secrète. Les critiques les plus fréquentes qui lui sont faites sont le caractère antidémocratique des décisions qui peuvent y être prises et "l'orchestration de la mondialisation" économique.


Le Groupe de Bilderberg serait constitué d'une organisation en cercles concentriques :
  • le comité consultatif (Bilderberg Advisory Committee) d'une dizaine de membres;
  • le comité de direction (Steering Committee) comprenant environ 35 membres, exclusivement européens et américains;
  • le cercle extérieur composé de 80% des participants aux réunions.

A l'issue de chaque conférence, un rapport de synthèse serait diffusé aux grands décideurs mondiaux. Plus qu'un lieu de décision, le Groupe de Bilderberg est en réalité un cénacle de cooptation des élites d'Amérique du Nord et d'Europe occidentale, de reconnaissance et d'allégeance.

Les conspirationnistes, considèrent que le Groupe de Bilderberg est un gouvernement mondial occulte qui, lors de ces réunions, prend des décisions stratégiques (guerres, crises économiques, fluctuations monétaires ou boursières, alternances politiques...), essentielles pour la gouvernance de la planète et cela en dehors de toute légitimité démocratique. Ces orientations seraient alors suivies par les institutions subalternes telles le G8 ou les gouvernements des Etats.

Extrait d'un article de Libération du 5 août 2003, "Dans les coulisses de Bilderberg" :
"Loin des paillettes du forum de Davos, Bilderberg a ses fans. "Davos, c'est moins élitiste, ça vise à travailler les réseaux. Ça creuse moins les sujets, ça laisse juste une impression sur l'état d'esprit mondial, résume l'un d'eux, douze éditions à son compteur. Bilderberg, ça va au fond des choses, ça parle géopolitique, stratégie." La station des Grisons, en Suisse, tient, pour les habitués du Bilderberg (les "BB's" pour les initiés), du raout un peu "trop couru", une "foire", un "supermarché". Avec "des stands, du chahut, et beaucoup trop de contestation", souffle Ernest Antoine Seillière, le patron des patrons français, BB's pendant dix ans. Chez Bilderberg, en revanche, "on est chez Hermès", confie Pascal Lamy. Ses membres se veulent les grands des grands de ce monde. La noblesse de la pensée, pas la bourgeoisie qui croit tout acheter avec ses dollars. Comme le résume un membre influent : "A Davos, on paie pour voir et se faire voir. Au Bilderberg, on y vient pour entendre sans se faire voir"."



Accueil     Dictionnaire     Haut de page