La Toupie  >  Dictionnaire  >  Apostasie

"Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique


Apostasie, apostat



Définition d'apostasie


Etymologie : du grec apostasia, abandon, défection, venant d'apostasis, se tenir loin de.

L'apostasie est la renonciation, l'abandon volontaire et public, de la part d'un adulte responsable, d'une confession, d'une foi, plus particulièrement catholique, au profit d'une autre ou d'aucune. Celui qui fait oeuvre d'apostasie est un apostat.

Par extension l'apostasie est aussi la trahison, le reniement ou l'abandon d'une idéologie, d'une doctrine, d'un parti, etc.


Pour l'Eglise catholique, celui qui quitte cette religion en connaissance de cause, commet un acte de désertion et se trouve en état de péché mortel. La débaptisation est la démarche d'apostasie pour ceux qui veulent quitter l'Eglise catholique.

Pour les Pères de l'Eglise, l'apostat était plutôt assimilé à l'hérétique, qui dévie des dogmes et des enseignements de l'Eglise, qu'à l'infidèle, jamais baptisé et professant une autre religion. Il était toujours considéré comme justiciable des tribunaux d'Eglise et, notamment de l'Inquisition. En Occident, la sécularisation des Etats et la reconnaissance de la liberté de conscience ont transformé l'apostasie en une question d'ordre uniquement spirituel entre l'individu et l'Eglise.


Pour l'Islam, l'apostasie est le rejet de la religion islamique par un musulman, comme renier sa foi publiquement, insulter Dieu ou les Prophètes de l'islam, professer des dogmes hétérodoxes... Les définitions de l'apostasie et les punitions encourues ne sont pas homogènes et varient selon les époques, les pays et les régimes politiques.



Accueil     Dictionnaire     Haut de page