La Toupie  >  Citations   >   "L'homme et le marché"

"Tourpilles", le recueil de citations


L'homme et le marché

Créer et répartir autrement

Ouvrage collectif*

Fondation Jean-Jaurès - Plon - janvier 2006



"Le PIB (produit intérieur brut dont les économistes scrutent le taux de croissance est en réalité un piètre indicateur du niveau de vie. Il ne mesure en effet que les revenus et les consommations qui donnent lieu à des paiements officiels. Il ignore tout ce qui contribue "gratuitement" au niveau de vie, comme la qualité de l'air ou le climat social. Il augmente d'autant plus que l'activité augmente, même si cette activité vise à réparer une dégradation de la qualité de vie (dépenses de sécurité, de dépollution, de reconstruction. Ce n'est donc pas un indicateur de niveau de vie, mais plutôt un indicateur d'activité économique."
Ouvrage collectif - L'homme et le marché - 2006

"Leur talent principal [aux grands patrons] consiste à savoir échapper à la concurrence : contrôle de l'Etat, tactiques pour réduire la charge de l'impôt, sous-évaluation momentanée d'actifs, crédulité des investisseurs, rumeurs... Même lorsqu'ils plaident pour une "société de concurrence parfaite", ils font leur fortune en exploitant les imperfections de l'économie de marché !"
Ouvrage collectif - L'homme et le marché - 2006

"Aujourd'hui, un nombre croissant de pays envisage même, soi-disant pour simplifier les barèmes d'imposition, de réduire à deux et même parfois à un seul taux (la flat tax ces barèmes. Si elle se confirme, cette évolution favorisera la reconstitution d'une forte concentration des patrimoines, des rentes durables et d'une caste de rentiers oisifs mais consommant le fruit du travail des autres."
Ouvrage collectif - L'homme et le marché - 2006

"La France n'a pas besoin de plus ou de moins de concurrence. Elle a besoin de plus de concurrence entre ceux qui sont devenus trop forts et qui abusent de cette force - grande distribution, banques, assurance, gros monopoles privés ou publics de l'eau ou de l'énergie."
Ouvrage collectif - L'homme et le marché - 2006

"Un monopole privé a moins intérêt qu'un établissement public à réduire ses coûts alors qu'il a, au contraire, toutes les raisons d'augmenter ses prix. Le monopole public est, a minima, soumis aux contrôles d'inspection et au contrôle démocratique, alors que le monopole privé n'est soumis qu'à la volonté de son actionnaire."
Ouvrage collectif - L'homme et le marché - 2006

"La chute du mur de Berlin et le dysfonctionnement du système électrique californien ont un point commun : l'échec des systèmes non démocratiques. Dans les deux cas, l'intérêt général a été ignoré et des inégalités inacceptables ont été générées en faisant passer l'intérêt général les lois du parti unique dans un premier cas et celles du marché dans le second."
Ouvrage collectif - L'homme et le marché - 2006

"Vu les promesses non tenues de ce retour libéral dont nous commençons à mieux comprendre les effets pervers, nous pouvons au contraire voir dans la crise boursière de 2000 et la tragédie argentine la démonstration du caractère utopique de la régulation des rapports humains par les seules prétendues lois du marché."
Ouvrage collectif - L'homme et le marché - 2006


* : Vincent Champain, Gilles Cazes, Xavier Greffe, Luc Almeras, Pierre Marchal, préface Eric Besson

>>> Présentation du livre Le nouvel ordre prolétaire





Accueil     Citations     Haut de page