La Toupie  >  Citations > par thèmes  >  Pensée > 1/2

"Tourpilles", le recueil de citations


Pensée

Page 1 / 2



"Ce qui fait que le monde me trompe par ses perspectives, ses brouillards, ses chocs détournés, c'est que je consens, c'est que je ne cherche pas autre chose. Et ce qui fait que le tyran est maître de moi, c'est que je respecte au lieu d'examiner. [...] Réfléchir c'est nier ce que l'on croit. [...] Qui se contente de sa pensée, ne pense plus rien."
Emile Chartier, dit Alain - 1868-1951 - Propos sur les pouvoirs - Éléments d'une doctrine radicale - 1925

"Règle d'hygiène : n'aie jamais deux fois la même pensée."
Emile Chartier, dit Alain - 1868-1951 - Propos sur le bonheur

"C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal."
Hannah Arendt - 1906-1975 - Les origines du totalitarisme, Tome 3 : Le système totalitaire - 1951

"L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller jusqu'au bout de sa pensée."
Léon Blum - 1872-1950

"Il faudrait analyser le travail collectif des "nouveaux intellectuels" qui a créé un climat favorable au retrait de l'État et, plus largement, à la soumission aux valeurs de l'économie. Je pense à ce que l'on a appelé "le retour de l'individualisme", sorte de prophétie auto-réalisante qui tend à détruire les fondements philosophiques du welfare state et en particulier la notion de responsabilité collective (dans l'accident de travail, la maladie ou la misère, cette conquête fondamentale de la pensée sociale (et sociologique. Le retour à l'individu, c'est aussi ce qui permet de "blâmer la victime", seule responsable de son malheur, et de lui prêcher la self help, tout cela sous le couvert de la nécessité inlassablement répétée de diminuer les charges de l'entreprise."
Pierre Bourdieu - 1930-2002 - 1998

"Nous n'avons en aucune manière le monopole de la pensée. Il existe, un peu partout en Occident, un racisme de l'intellect dont nous devons nous méfier."
Jean-Claude Carrière - né en 1931 - Entretiens sur la fin des temps

"On assiste ainsi à une mystification de la connaissance qui a pour résultat une conception du monde dont de nombreux éléments sont irrémédiablement hors du champ de compréhension - donc du contrôle - de la majorité des individus. Cette pensée ésotérique induit une stratification du monde - ceux qui ont des pouvoirs, savent et agissent tout haut et, loin en dessous, ceux qui s'étonnent, admirent et suivent sans comprendre - débouchant sur le fatalisme béat et la déresponsabilisation des individus."
Georges Charpak et Henri Broch - Devenez sorciers devenez savants

"L'endoctrinement n'est nullement incompatible avec la démocratie. Il est plutôt, comme certains l'ont remarqué, son essence même. C'est que, dans un Etat militaire, ce que les gens pensent importe peu. Une matraque est là pour les contrôler. Si l'Etat perd son bâton et si la force n'opère plus et si le peuple lève la voix, alors apparaît ce problème. Les gens deviennent si arrogants qu'ils refusent l'autorité civile. Il faut alors contrôler leurs pensées. Pour se faire, on a recours à la propagande, à la fabrication du consensus d'illusions nécessaires."
Noam Chomsky - né en 1928 - Interview à la radio étudiante American Focus

"Un corollaire de la mondialisation de l'économie, c'est l'implantation chez nous [aux Etats-unis] de traits caractéristiques du tiers-monde : la dérive constante vers une société à deux vitesses dans laquelle de vastes secteurs sont devenus inutiles à l'accroissement de la richesse des privilégiés. Encore plus que par le passé, il faut contrôler la canaille tant idéologiquement que physiquement, l'empêcher de s'organiser et d'échanger des idées, condition préalable à toute pensée constructive et à toute action sociale."
Noam Chomsky - né en 1928 - L'An 501, la conquête continue - Page 361 - 1993

"[Le socialisme] a besoin de la pensée vraiment libre, libre de tous les préjugés religieux et capitalistes, pour soulever les nations qui travaillent contre les oligarchies qui les exploitent et qui vivent en parasites. Il a besoin des hommes qui pensent librement sur tous les problèmes de la vie. Car le socialisme, c'est l'émancipation intégrale de l'homme."
Adéodat Compère-Morel - 1872-1941 - Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière - 1912

"Au sens philosophique, le matérialisme est d'abord une ontologie - une théorie de l'être - ou une conception du monde. C'est la doctrine qui affirme qu'il n'y a d'être(s) que matériel(s) : le matérialisme est un monisme physique. A ce titre, il se définit surtout par ce qu'il exclut : être matérialiste, c'est penser qu'il n'existe ni monde intelligible, ni dieu transcendant, ni âme immatérielle. Ce n'est pas pour autant renoncer aux valeurs ou aux biens spirituels. (...) Etre matérialiste, pour les modernes, c'est d'abord reconnaître que c'est le cerveau qui pense, et en tirer toutes les conséquences."
André Comte-Sponville - né en 1952 - Comment peut-on être matérialiste ? Comment peut-on être humaniste ? - 1998

"La différence entre la pensée et l'action est souvent l'opportunité."
Johann Dizant, né en 1977, romancier belge

"La "culture" n'est pas à l'abri du "flux tendu" qui caractérise de plus en plus toutes les manifestations des sociétés industrielles. Un livre chasse l'autre et le fait oublier. La preuve est faite que les livres brûlent mal, que l'encre se recouvre mieux qu'elle ne s'efface et que, si la pensée résiste aux flammes, elle est soluble dans le "tout culturel". Le principe libéral peut être résumé simplement : quoi que vous ayez à dire, dites-le librement, puisque de toute façon nous n'écoutons pas."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Fayard - 2007

"La censure, quelle qu'elle soit, me paraît une monstruosité, une chose pire que l'homicide ; l'attentat contre la pensée est un crime de lèse-âme. La mort de Socrate pèse encore sur le genre humain."
Gustave Flaubert - 1821-1880 - Lettre à Louise Colet, 1852

"Le libre examen ne se réclame pas de vérités définitives; il se préoccupe du renouvellement méthodique des idées et répugne à leur conservation obligatoire.
On a dit que cette attitude d'esprit est trop sceptique et critique, qu'elle sème l'inquiétude et le désordre et mène à détruire sans reconstruire; qu'elle laisse les jeunes surtout, sans idéal positif, voire sans refuge spirituel.
Ce reproche est injuste, car au delà de toute idée particulière, révélant telle ou telle prétendue loi du monde, le libre examen propose une méthode efficace, un style de la pensée, qui écarte la solution facile de l'engagement doctrinal, en lui substituant une discipline intellectuelle et morale, où la maîtrise de soi et l'objectivité jouent un rôle majeur.
Le libre examen prépare à une action éclairée par la réflexion scrupuleuse et méthodique sur les fins et les moyens."

Maxime Glansdorff - 1906-1972 - Professeur à l'Université Libre de Bruxelles



>>> Page 2 des citations : Pensée



Accueil     Citations     Haut de page