La Toupie  >  Citations > par auteurs  >  François Mitterrand

"Tourpilles", le recueil de citations



François Mitterrand


Homme politique français

Président de la République de 1981 à 1995

1916 - 1996




"J'appelle le régime gaulliste dictature parce que, tout compte fait, c'est à cela qu'il ressemble le plus, parce que c'est vers un renforcement continu du pouvoir personnel qu'inéluctablement, il tend, parce qu'il ne dépend plus de lui de changer de cap. Je veux bien que cette dictature s'instaure en dépit de De Gaulle. Je veux bien, par complaisance, appeler ce dictateur d'un nom plus aimable, consul, podestat, roi sans couronne, sans chrême et sans ancêtres. Alors elle m'apparaît plus redoutable encore."
François Mitterrand - 1916-1996 - Le coup d'Etat permanent - 1964

"A chaque recul de la souveraineté populaire, à chaque disparition de la République, correspond un retour en force, franc ou dissimulé, de la justice régalienne. "Dis-moi par qui tu fais juger et je te dirai qui tu es". Il n’est pas en politique d’axiome plus sûr."
François Mitterrand - 1916-1996 - Le coup d'Etat permanent - 1964

"Je n'accuse pas la Ve République d'être un régime policier parce qu'elle entretient des nuées de policiers, mais parce que son origine, ses mœurs, ses ambitions, son système politique, la condamnent à contrôler par des moyens qui lui sont propres les rouages chaque l'État, chaque cellule du pays. [...] Son vrai Premier ministre, c'est la police. [...] Elle [la population] sait d'expérience que non seulement la police écoute au téléphone, lit le courrier, tend ses filets, organise ses guet-apens, mais aussi qu'elle cogne et qu'elle tire. Les rafales de mitrailleuses sur la foule d'Alger, les matraquages sanglants du boulevard Saint-Marcel en octobre 1961, les huit morts du 6 février 1962, à Paris, ne résultent pas du hasard mais de la tactique réfléchie d'un pouvoir qui pour gagner l'initiative force toujours l'événement."
François Mitterrand - 1916-1996 - Le coup d'Etat permanent - 1964

"Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi."
François Mitterrand - 1916-1996 - Le coup d'Etat permanent - 1964

"Il existe dans notre pays une solide permanence du bonapartisme, où se rencontrent la vocation de la grandeur nationale, tradition monarchique, et la passion de l'unité nationale, tradition jacobine."
François Mitterrand - 1916-1996 - Le Coup d'Etat permanent - 1964

"Le socialisme, une idée qui fait son chemin."
François Mitterrand - 1916–-1996 - campagne de communication à partir de 1976

"Laissez la tyrannie régner sur un mètre carré, elle gagnera bientôt la surface de la terre."
François Miterrand - 1916-1996 - L'Abeille et l'Architecte - 1978

"L'inflation, impôt pour les pauvres, prime pour les riches, est l'oxygène du système. Regardez-le qui s'époumone."
François Mitterrand - 1916-1996 - L'Abeille et l'Architecte - 1978

"Le centre, variété molle de la droite."
François Mitterrand - 1916-1996 - L'Abeille et l'Architecte - 1978

"Le nationalisme, c'est la guerre."
François Mitterrand - 1916-1996



>>> Biographie de François Mitterrand



Accueil     Citations     Haut de page