La Toupie  >  Citations  > Petit lexique d'optimisme officiel

"Tourpilles", le recueil de citations


Petit lexique d'optimisme officiel

Armand Farrachi

Editeur - Fayard



"Dans le domaine des idées sur l'état de la planète, la règle est que tout ce qui pourrait sembler négatif (destruction, pillage...) doit être évoqué par un terme positif (progrès, flexibilité, modernisation...) Rien n'est détruit, tout est "valorisé". Une plantation de sapins clonés valorise un paysage où il n'y avait rien qu'une lande sans arbres, ce qui n'était pourtant pas rien."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 16 - Fayard - 2007

"L'abondance peut s'apparenter à une nouvelle censure, non par défaut, comme lorsqu'on brûlait les livres, mais par excès, lorsqu'au lieu de les détruire on les noie dans la quantité."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 29 - Fayard - 2007

"La "culture" n'est pas à l'abri du "flux tendu" qui caractérise de plus en plus toutes les manifestations des sociétés industrielles. Un livre chasse l'autre et le fait oublier. La preuve est faite que les livres brûlent mal, que l'encre se recouvre mieux qu'elle ne s'efface et que, si la pensée résiste aux flammes, elle est soluble dans le "tout culturel". Le principe libéral peut être résumé simplement : quoi que vous ayez à dire, dites-le librement, puisque de toute façon nous n'écoutons pas."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 30 - Fayard - 2007

"Quelle dictature a fait autant de propagande pour son chef ou ses principes que nos démocraties en font pour la marchandise ? Un slogan publicitaire ne transmet-il pas aussi un message idéologique, une injonction à se comporter selon des règles fixées par d'autres en fonction de leurs intérêts ?"
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 55 - Fayard - 2007

"Les conséquences de la compétitivité, c'est que les agriculteurs, qui ont déjà augmenté leur production grâce à l'usage des produits chimiques, n'arrivent plus à vendre leurs fruits au prix qu'ils leur coûtent, que les milieux naturels sont gravement dégradés par des méthodes industrielles comme l'élevage de crevettes ou de poissons en mer, que les ballons ou les tapis sont fabriqués par des enfants du tiers-monde, les vêtements par des ouvriers sans droit, les outils par des condamnés à mort chinois, ce qui donne certes des produits meilleur marché, mais à quel prix !"
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 57 - Fayard - 2007

"L'économie officielle vit dans la hantise de la stabilité ou de l'équilibre. Etre plus nombreux pour aller plus vite, plus loin, produire plus, consommer plus et en plus grand nombre, tout multiplier ne peut nous installer que dans une spirale folle. Vers quoi faut-il croître et jusqu'à quand ? Qu'est-ce donc qui peut augmenter en permanence dans un organisme, un écosystème ou une planète sans les menacer ? La tumeur cancéreuse peut-elle servir de modèle universel ?"
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 63 - Fayard - 2007

"En fait, démocratiser se limite à baisser les prix d'un "produit" pour le rendre accessible au plus grand nombre et créer un besoin supplémentaire : les sports d'hiver, le saumon, le transport aérien se sont démocratisés, ce qui signifie simplement qu'un marché nouveau s'est ouvert. On croyait que c'était une victoire du peuple, mais ce n'est qu'une victoire du commerce."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 64 - Fayard - 2007

"Mais comment croire qu'un développement pourrait être durable ? S'agit-il de faire durer suffisamment les ressources ? Une torture durable consisterait à ménager suffisamment le supplicié pour pouvoir le faire souffrir plus longtemps. C'est ce qui se passe avec notre planète violentée, que ses agresseurs souhaitent pouvoir maltraiter plus longtemps."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 67 - Fayard - 2007

"Le gouvernement est une notion politique qui implique des choix, des convictions, des erreurs. La gouvernance, qui convient aux entreprises aussi bien qu'au pays, s'apparenterait plutôt à une technique, à un art ou à une science de gouverner, qu'il importe donc de confier à des techniciens professionnels, un mode d'emploi ou un manuel de bon usage qu'on ne saurait pas plus discuter que les joueurs ne discutent la règle de leur jeu en cours de partie."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 91 - Fayard - 2007

"Sur toute la planète, l'arsenal nucléaire, le transport des matières dangereuses, l'expérimentation, l'obsession de la vitesse et de la technologie nous montrent des hommes qui jouent avec le feu sur une île où l'herbe est devenue paille. Quiconque joue avec le feu mérite l'admiration due aux entrepreneurs, aux audacieux, aux héros. Quiconque s'y refuse fait preuve de timidité ou de "frilosité", d'immobilisme, etc."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 102 - Fayard - 2007

"Il n'est plus une insulte, une exaction, un égoïsme qui ne se proclame liberté individuelle, y compris la liberté de nuire. Toute contrainte étant devenue insupportable, même la présence de l'Etat, l'ensemble des libertés s'appelle le libéralisme."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 111 - Fayard - 2007

"Remplacer le sauvage par le domestique, l'herbe par le maïs, les bisons par les vaches, les Indiens par des esclaves noirs ou des ouvriers chinois, pour mieux régner sur un nouveau monde, tel est le mot d'ordre du western mais aussi de notre civilisation tout entière : place au bétail."
Armand Farrachi - Petit lexique d'optimisme officiel - Page 176 - Fayard - 2007



>>> Présentation du livre Petit lexique d'optimisme officiel



Accueil     Citations     Haut de page