La Toupie  >  Citations > par thèmes  >  Audience

"Tourpilles", le recueil de citations


Audience



"L'audimat, c'est cette mesure du taux d'audience dont bénéficient les différentes chaînes (il y a des instruments, actuellement, dans certaines chaînes qui permettent de vérifier l'audimat quart d'heure par quart d'heure et même, c'est un perfectionnement qui a été introduit récemment, de voir les variations par grandes catégories sociales). On a donc une connaissance très précise de ce qui passe et de ce qui ne passe pas. Cette mesure est devenue le jugement dernier du journaliste, jusque dans les lieux les plus autonomes du journalisme, à part peut-être Le Canard Enchaîné, Le Monde diplomatique, et quelques petites revues d'avant-garde, animées par des gens généreux et "irresponsables", l'audimat est actuellement dans tous les cerveaux."
Pierre Bourdieu - 1930-2002 - Sur la télévision - 1996, page 28

"Comme on ne peut pas faire de la politique avec une somme de volontés particulières, un dirigeant comme Sarkozy choisit la voie médiane, par sondage. Ce n'est pas la volonté générale, celle qui est guidée par la Raison pour Rousseau, mais une volonté moyenne, qui correspond à l'opinion moyenne, celle que l'on désigne par "opinion publique"...
On est dans une "doxocratie plus que dans une démocratie. Sur ce point, la république des sondages rencontre une nouvelle fois la télévision, qui est la dictature de l'audience."

François Jost - Le téléprésident : essai sur un pouvoir médiatique - 2008, page 159

"Les activités industrielles étant devenues planétaires, elles entendent réaliser de gigantesques économies d'échelle, et donc, par des technologies appropriées, contrôler et homogénéiser les comportements : les industries de programmes s'en chargent à travers les objets temporels qu'elles achètent et diffusent afin de capter le temps des consciences qui forment leurs audiences et qu'elles vendent aux annonceurs."
Bernard Stiegler - Le désir asphyxié, Le Monde diplomatique, juin 2004

"En France, après avoir été longtemps un monopole d'Etat, la télévision gravite, depuis la privatisation de TF1, autour d'un quasi-monopole privé qui recueille chaque soir en moyenne de 30 à 40% de l'audience. Depuis les belles années du gaullisme, un certain mépris du public teinte irréductiblement les productions de toutes les chaînes. Il porte la griffe de ces "directeurs de fiction" qui dressent les cahiers des charges dont le principal effet est la castration, subie ou consentante, des scénaristes et des producteurs."
Martin Winckler - Les écrans du mépris, Le Monde diplomatique, mars 2004




Accueil     Citations     Haut de page