La Toupie  >  Biographies   >  André Léo

"Toupinoscope", les biographies de la Toupie



André Léo


Romancière, journaliste et féministe française

1824 - 1900




Biographie d'André Léo


Victoire Léodile Béra est née à Lusignan dans la Vienne. Son père est notaire à Champagné-Saint-Hilaire. Elle quitte la région en 1851 avec son premier futur époux, Pierre-Grégoire Champseix, pour échapper à la police de Napoléon III.

A partir de 1862, pour son activité littéraire, elle prend le pseudonyme d'André Léo, constitué des prénoms de ses deux fils. Dans le camp des républicains, elle milite pour la cause féministe avec Paule Minck (1839-1901). Après la mort de son mari, elle parvient à vivre grâce à ses romans consacrés à la femme et à l'éducation, ainsi qu'aux articles qu'elle publie.

En 1868, avec Louise Michel, Maria Deraisme, Mme Jules Simon, Élisée et Noémie Reclus, André Léo élabore le programme de la "Société de revendication des droits de la femme" et fonde avec le militant ouvrier Benoît Malon le journal de propagande socialiste "La République des travailleurs". En 1869, elle publie "La Femme et les moeurs" en réponse aux thèses misogynes de Joseph Proudhon.

André Léo participe activement à la Commune de Paris où elle milite en faveur d'une démocratie non autoritaire et défend la liberté d'expression, même pour la presse réactionnaire. Elle fait partie de l'Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés. Elle publie des éditoriaux dans le journal "La Sociale". Parvenant à échapper à la répression de La Semaine Sanglante, elle s'exile en Suisse.

En 1872, André Léo contracte un "mariage libre" avec Benoît Malon. Elle écrit dans "Le Réveil intérieur" de Jules Guesde et "La Révolution sociale" en défendant le principe d'autonomie et de liberté contre la ligne politique de Karl Marx. Jusqu'à l'amnistie de 1880, elle étudie la condition féminine en voyageant en Europe.

De retour à Paris, André Léo collabore à la presse socialiste et réalise jusqu'à sa mort une oeuvre considérable composée de romans, de contes, d'essais et de textes politiques.

Quelques oeuvres :
  • Une vieille fille (roman, 1851),
  • Un Mariage scandaleux (roman, 1862),
  • Un divorce (roman, 1863),
  • Les deux filles de Monsieur Plichon (1865),
  • La Femme et les Moeurs (1869),
  • Marianne (1877),
  • L'épouse du bandit (1880),
  • Le petit moi (1892),
  • La famille Audroit et l'éducation nouvelle (1899),
  • Légendes Corréziennes.



Accueil    Biographies    Haut de page