La Toupie  >  Biographies   >  Suzanne Lacore

"Toupinoscope", les biographies de la Toupie



Suzanne Lacore


Femme politique socialiste française

1875 - 1975




Biographie de Suzanne Lacore


Née à Beyssac en Corrèze dans une famille bourgeoise, Suzanne Lacore entre à l'Ecole Normale d'institutrices en 1891, où elle obtient en 1894 le brevet supérieur. D'abord institutrice, elle est, jusqu'à sa retraite directrice d'une école primaire en Dordogne.

En parallèle à sa carrière dans l'enseignement, Suzanne Lacore mène une activité politique pour soutenir la cause socialiste. Entrée en 1906 à la SFIO (Section Française de l'Internationale Ouvrière), elle est la seule femme de ce parti en Dordogne. Défendant les idées de Jules Guesde, elle écrit sous le pseudonyme de Suzon des articles très engagés contre le capitalisme et pour la révolution sociale. Cependant, durant la Première Guerre mondiale, elle laisse de côté le pacifisme et l'internationalisme, défendus par certains de ses amis socialistes, et s'engage pour la solidarité nationale et la défense de la patrie.

Restée à la SFIO après la scission de Tours en décembre 1920, elle participe la reconstruction du parti en se consacrant, entre autres activités, à la question féminine et en contribuant à la création en 1931 du Comité national des femmes socialistes (CNFS), dont elle est l'une des figures importantes.

Le 4 juin 1936, avec Cécile Brunschvicg et Irène Joliot-Curie, Suzanne Lacore devient l'une des trois femmes ministres du gouvernement du Front populaire, alors même que les femmes ne pouvaient encore ni voter ni être élues. Elle occupe jusqu'au 21 juin 1937, la fonction de sous-secrétaire d'État chargée de la Protection de l'enfance. Durant cette année passée dans le premier gouvernement de Léon Blum, elle conçoit une réforme de l'Assistance publique et un ensemble de mesures relatives aux enfants déficients, défavorisés ou abandonnés. Elle met en place les "visiteuses sociales" et s'attache à développer la formation des jeunes travailleuses.

Après son passage au gouvernement, Suzanne Lacore continue de militer en publiant des brochures, en écrivant des articles pour la presse et en prononçant des discours. Elle défend en particulier l'Ecole maternelle et l'éducation dès le plus jeune âge. L'enfant devient, à la fin de sa vie, sa principale préoccupation et elle y consacre son dernier livre, Enfance d'abord !, qu'elle publie à l'âge de 85 ans.

Suzanne Lacore meurt centenaire, toujours fidèle à ses idées socialistes et à son parti, après avoir défendu toute sa vie les droits des femmes et des enfants.



Accueil    Biographies    Haut de page